Transhumanisme

Agenda 2030 – 1 Programmation

Le dressage à l'obéissance, des enfants de la maternelle aux adultes, est déjà une réalité mondiale avec des milliards de dollars de financement pour un contrôle total.

Tout comme le monde de l’eugénisme, qui change de formulation chaque décennie pour dissimuler ses véritables intentions tout en poursuivant le même programme, et qui le rend plus attrayant à chaque changement, le monde de l’éducation est à peu près pareil.

Voir tous les articles de ce dossier Agenda 2030

Les divers programmes de « santé mentale » et de « comportement » dans les écoles suivent tous le même chemin, ils ne font que reformuler leur campagne de relations publiques pour la rendre plus acceptable aux parents et aux décideurs. Mais ce programme est le plus important : c’est la porte d’entrée des mondialistes dans l’esprit de millions de personnes.


Depuis des décennies, ils endoctrinent les enfants, mais aujourd’hui, ils s’attaquent à toute la famille et à la communauté pour mettre en place un système complet d’endoctrinement et de formation à l’obéissance, dans lequel les parents participent au lavage de cerveau de leurs propres enfants, et ils vont même jusqu’à intégrer la réalité virtuelle et augmentée pour s’assurer que tous les mécanismes de contrôle sont en place.

Dans l’article précédent, la partie Introduction, il est expliqué en quoi consiste ce programme global. Il est essentiel de lire l’introduction avant de passer à la partie 1, car elle explique qu’il s’agit d’un programme mondial de formation à l’obéissance pour l’ensemble de la population et qu’il est déjà mis en œuvre dans 110 pays.

Programmer « l’enfant entier » et « la famille entière » par le biais du dressage à l’obéissance
Il existe un programme dans lequel des milliards de dollars sont injectés alors que tout le monde se concentre sur le TRC et d’autres programmes. Ce programme est utilisé comme une porte d’entrée pour inculquer le dressage à l’obéissance aux enfants, aux familles, aux communautés et aux entreprises. Ils ont réussi à faire grossir cette bête au cours des cinq dernières années sans que personne ne se rende compte de sa taille.

Ce programme est appelé « apprentissage social et émotionnel » (“Social and Emotional Learning”:  SEL), avec un langage utilisé pour « VENDRE » aux parents la santé mentale et le bien-être de leurs enfants à une époque où les enfants luttent désespérément en raison des mandats et des restrictions fabriqués par Covid.

Ce qui échappe à la plupart des gens, qui sont conscients du SEL, c’est le fait qu’il s’agit de la base d’un système complet de contrôle mental, bientôt équipé de la réalité virtuelle et augmentée, qui pénètre chaque domaine de la vie de chacun, tout en construisant une main-d’œuvre numérique, de citoyenneté mondiale avec un apprentissage tout au long de la vie (formation à l’obéissance). Ils utilisent les enfants et le système scolaire comme porte d’entrée pour mettre en œuvre l’ensemble de leur programme, y compris la surveillance et le suivi, la collecte de données, l’identité numérique et un système de score social. Tout cela fait partie intégrante du programme, et ils détournent l’attention des gens avec le programme scolaire lui-même, ce qui réduit l’attention portée à l’agenda global.


Pour les mondialistes à l’origine de ces programmes, l’école consiste à façonner les esprits, à réguler les émotions, à contrôler les comportements, à inculquer des croyances tordues et à constituer une main-d’œuvre obéissante, tout en sculptant des identités dotées d’identifiants numériques et en développant des technologies qui ensemencent les esprits à l’infini. Comme pour tous les agendas 2030 des mondialistes et au-delà, les détails font dans le « duveteux ». Ils n’ont plus besoin d’habiller le langage parce qu’ils ont déjà conditionné depuis longtemps l’esprit des parents et des éducateurs pour qu’ils croient que « réguler les émotions » d’un enfant est nécessaire et utile, ou que changer ses « qualités de caractère » pour qu’il soit plus « adaptable » est une nécessité, ou que garder ses « comportements » sous contrôle aidera sa santé mentale.

Et pourquoi pas « construire leur identité », car il est si important que les enfants soient capables d’établir leur « propre » identité tout en étant programmés sur ce à quoi cette identité devrait réellement ressembler ? C’est une bonne idée. Leur idée de « diversité, d’équité et d’inclusion » ne signifie qu’un seul état d’esprit – le leur, et c’est ainsi que l’on se sent prétendument « à sa place ».

Bien que les programmes d' »apprentissage social et émotionnel » aient été créés par le Collaborative on Academics, Social, and Emotional Learning (CASEL) en 1994, il leur a fallu des années pour acheter et préparer du matériel de recherche pour les décideurs politiques afin d’en faire une réalité mondiale, et en 2016, des millions ont été jetés dedans, qui se sont rapidement transformés en milliards une fois que Covid a frappé. Ils gèrent maintenant ces programmes dans plus de 110 pays, avec un programme parallèle de « Spiritualité dans l’éducation » qui s’insinue dans cette formation à l’obéissance.

Ces deux programmes ont été créés par des cousins de quatrième génération de la famille Rockefeller. Eileen Rockefeller Growald est derrière le Collaborative on Academics, Social, and Emotional Learning (CASEL), et Steven C. Rockefeller Sr. est à l’origine du Collaborative on Spirituality in Education (CSE).

Les Rockefeller ont toujours joué un rôle majeur dans le système éducatif. En 1903, John D. Rockefeller a fondé le General Education Board, une fondation de plusieurs millions de dollars. Deux ans plus tard, Andrew Carnegie crée la Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching. Pendant des années, ils ont fourni la majeure partie des dotations reçues par tous les établissements d’enseignement supérieur, ce qui leur a conféré une grande influence. Leur bon ami Bill Gates exerce également une grande influence sur le système éducatif.

Outre les millions de dollars qu’il a versés aux universités, M. Gates a financé et mis en œuvre presque à lui seul les normes Common Core en 2010, dans le cadre de l’abrutissement ultime, en prélude à l’avancement du programme de formation à l’obéissance SEL à esprit unique. Une fois encore, ils travaillent tous ensemble pour s’assurer que le SEL devienne la porte d’entrée de l’obéissance globale.


Les deux collaborations sont directement liées à l’Institut Fetzer, qui était le plus grand donateur de Rockfeller dans les années 90 et qui reste un donateur important, selon Eileen Rockefeller. Le CST est associé à l’Institut Fetzer dans ce programme sombre et « spirituel » impliquant des rituels, des gardiens autorisés, et faisant sortir l’esprit profond. CASEL est financé par l’Institut Fetzer, et l’un de ses cofondateurs est l’ancien président de l’Institut, et peut encore être un conseiller. Sur l’une des pages d’histoire de CASEL, ils déclarent que l’idée de CASEL est née lors d’une réunion à Fetzer, mais l’autobiographie d’Eileen révèle une version plus légère de l’histoire, comme nous le verrons plus loin.

« Nous sommes à l’aube d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c’est de la bonne crise majeure. » – David Rockefeller

En apparence, ils brossent un beau tableau, celui de permettre aux enfants d’explorer et de se trouver pour devenir des adultes accomplis, et Tim Shriver a le don de délivrer un message très convaincant pour informer les parents et les éducateurs que c’est pour le bien des enfants et de toute la famille.

Cependant, lorsque les mêmes personnes qui dirigent l’agenda Covid, l’agenda climatique, l’industrie de la santé et les grandes technologies sont derrière ces agendas et les financent, cela devrait être un signal d’alarme pour tout le monde.

Ce fait, ainsi que la psychologie et les méthodes d’enseignement utilisées dans cette formation à l’obéissance, devraient faire dresser les cheveux sur la nuque de tout un chacun. En outre, l’organisation « Unite » de Shriver est également impliquée dans le programme Covid et a créé un Covid Collaborative qui a accueilli le Dr Anthony Fauci pour une discussion au coin du feu.

Comme nous l’avons vu dans l’introduction de cette série, leur objectif est d’intégrer cette structure de formation à l’obéissance dans les écoles, les programmes extrascolaires, les camps d’été, les écoles virtuelles et éloignées, ainsi qu’à la maison, dans la communauté et par le biais du développement de la main-d’œuvre pour les entreprises, dans un parcours d’apprentissage et d’obéissance « tout au long de la vie » pour une citoyenneté mondiale.

Ils veulent faire croire aux parents qu’ils seront « co-créateurs » de la vision, des plans et des pratiques SEL, alors qu’en fait, ils se soumettront à un lavage de cerveau et formeront ensuite leurs propres enfants à ces pratiques, tout en évoluant vers une mentalité unique jusqu’à ce que chaque individu soit effacé et remplacé dans un monde virtuel dystopique.


Ils attendent des parents qu’ils intègrent le SEL dans leurs propres pratiques parentales. « Elle aide les enfants et les adultes à comprendre et à gérer leurs émotions, à fixer et à atteindre des objectifs positifs, à ressentir et à montrer de l’empathie pour les autres, à établir et à maintenir des relations positives et à prendre des décisions responsables. » En d’autres termes, ils veulent prendre les cadres psychologiques de CASEL pour former chaque enfant et chaque adulte à comment être et comment penser.

Pendant ce temps, toutes ces données sont contrôlées, suivies et enregistrées pour des scores sociaux, bien qu’ils le formulent comme un « contrôle de l’amélioration ». Il s’agit d’une formation à l’obéissance pour leur main-d’œuvre de « citoyenneté mondiale », et les deux prochains chapitres révèleront à quel point cela est vraiment profond.

Les exemples qu’ils montrent dans cette vidéo donnent l’impression de construire un environnement aimant, de la même manière que les philanthropes et les médias grand public insistent sur le fait qu’en faisant un vaccin Covid, vous sauvez des vies et faites le bon choix. C’est un discours émotionnel, un leurre pour mettre tout le monde d’accord, puis intégrer des croyances, des valeurs et des prises de décision qui vont complètement à l’encontre de ses propres croyances et valeurs. En faisant participer les parents à la formation de leurs enfants, on altère progressivement l’esprit des parents, en les amenant à se sentir responsables de tout résultat, si jamais ils venaient à sortir du charme et à reconnaître le piège dans lequel ils ont mis les pieds.

Grâce aux programmes SEL, de nombreux éducateurs utilisent l’angle du « bien-être et de l’acceptation » pour promouvoir la théorie de la race critique, la fluidité du genre et d’autres programmes de ce type. De plus, la « santé mentale » pendant la Covid est leur « in » pour les programmes SEL, lorsqu’il s’agit de recevoir des financements étatiques et fédéraux. Rien qu’en 2019, le SEL a été introduit dans plus de 200 textes de loi. Laisse-toi aller.

CASEL : les créateurs de l’apprentissage social et émotionnel (SEL), et ce qu’il en est vraiment.

Co-fondateurs et histoire de CASEL

Daniel Goleman – auteur de l’intelligence émotionnelle
Mark T. Greenberg – Centre de recherche sur la prévention pour la promotion du développement humain, Penn State University
Eileen Rockefeller Growald, Venture Philanthropist et fille de David Rockefeller
Linda Lantieri, Programme de résilience intérieure
Timothy P. Shriver – Superviseur des écoles publiques de New Haven
David Sluyter – Conseiller principal Fetzer Institute
Dr. Roger P. Weissberg – Professeur de psychologie et d’éducation, Université de l’Illinois à Chicago (décédé en 2021)
Les identifications font référence aux engagements professionnels des fondateurs au moment où ils se sont rencontrés.

Selon l' »Histoire du cadre » de 2019 de l’ACEL, ils affirment que l' »apprentissage social et émotionnel » a émergé d’une réunion en 1994 organisée par l’Institut Fetzer, où des chercheurs, des éducateurs et des défenseurs des enfants se sont réunis pour discuter d’une préoccupation concernant l’inefficacité des programmes scolaires. Cependant, selon l’autobiographie d’Eileen Rockefeller Growald, cofondatrice de l’institut, parue en 2013, l’histoire est légèrement différente.

Dans l’autobiographie d’Eileen (page 238-242), Being A Rockefeller, Becoming Myself, elle raconte l’histoire de la création de CASEL.

À la fin des années 1980, Daniel Goleman, alors correspondant du New York Times et qui connaissait Eileen par le biais de son Institute for the Advancement of Health, lui a demandé s’ils pouvaient se rencontrer.

Il lui a demandé : « À votre avis, quel sera le prochain domaine ? » Eileen a répondu :

« L’alphabétisation émotionnelle. Je pense que les écoles devraient éduquer à la fois l’esprit et le cœur. Ma vision est celle d’un monde où tous les enfants sont inclus dans le domaine de l’apprentissage, et où chaque esprit est accepté pour sa capacité cognitive unique. » Que ce soit sa véritable intention ou non, ce n’est certainement pas ce qui se passe aujourd’hui, ni le plan de leur « quatrième révolution industrielle ».

Goleman aurait passé quelques années à rechercher les meilleurs scientifiques et praticiens du domaine, et aurait demandé à Eileen de l’aider à réunir certains d’entre eux. En 1992, ils ont organisé une réunion à la Carnegie Corporation et à Commonweal en Californie. L’Institut Fetzer a aidé à financer ces réunions. Tous les cofondateurs initiaux étaient présents, ainsi que quelques autres, à l’exception de Weissberg.

Ils ont commencé à travailler sur la création d’une vision collective de l’avenir de l’éducation, et utilisaient un bac à sable, le remplissant de divers arbres, bâtiments, personnes, un pont, et des terrains de jeux, quand Eileen s’est exclamée, « Regardez ! Il y a un château au sommet de la colline au-delà du pont. Peut-être, si cela devient une nouvelle organisation, nous l’appellerons Château ! »

Le lendemain après-midi, ils se sont répartis en groupes pour commencer à réfléchir à « une vision pour un nouveau modèle d’éducation américain ». Eileen a demandé à son groupe de « réfléchir à la manière dont les écoles pourraient former les parents et les enseignants à de meilleures compétences sociales et émotionnelles ». Elle a demandé : « Les compétences de vie telles que celles-ci devraient-elles être un programme supplémentaire, ou les enseignants pourraient-ils former les élèves ainsi que les parents ? » Ils étaient tous d’accord pour dire que les compétences sociales et émotionnelles étaient la pièce manquante dans les écoles.

Ils ont passé l’année suivante en réunions et conférences téléphoniques, organisées par la collègue de Tim, Mary Schwab-Stone, du Yale Child Study Center. Tim a invité son autre ancien collègue de Yale, Roger Weissberg, à se joindre au groupe, ainsi que Maurice Elias, professeur de psychologie à l’université Rutgers. Ils ont tous décidé qu’ils devaient créer une organisation qui contrôlerait la qualité et la formation des programmes dans les écoles.

Pour trouver un nom à l’organisation, Eileen leur demande à tous : « Vous vous souvenez du château? Pourquoi le mot « château » devrait-il être orthographié de manière conventionnelle ? Peut-être que cela pourrait être un acronyme », et CASEL était né et officiellement lancé en 1994, basé à Chicago, IL.

C’est une belle histoire, mais comme le journaliste Alex Newman l’a souligné dans son article de 2020 sur le SEL, « l’apprentissage socio-émotionnel » a en fait été créé dans les années 1920 par le psychologue soviétique Lev Vygotsky, qui a étudié comment laver efficacement le cerveau des enfants.

Il a souligné que les contributions de Vygotsky, qui ont jeté les bases du SEL, sont largement reconnues par les praticiens, et même dans la littérature universitaire. « C’est l’éducation qui doit jouer le rôle central dans la transformation de l’homme – cette voie de la formation sociale consciente des nouvelles générations, la forme de base pour modifier le type humain historique », écrivait Vygotsky en 1930 dans le journal de l’Association syndicale des travailleurs de la science et de la technique pour l’avancement de l’édification socialiste en URSS.

« Certains croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États-Unis, caractérisant ma famille et moi d' »internationalistes » et de conspirer avec d’autres personnes dans le monde pour construire une structure politique et économique mondiale plus intégrée – un seul monde, si vous voulez. Si telle est l’accusation, je suis coupable, et j’en suis fier ». – David Rockefeller, Mémoires

Le chemin parcouru (avec l’aide de leurs amis)

L’État de l’Illinois a été le premier État à adopter des normes SEL de la maternelle à la 12e année, en 2004, ce qui a contribué à établir les normes pour les autres États. Au moment où Eileen a publié ce livre en 2013, elle a déclaré que le SEL était présent dans les écoles publiques de tous les États américains et dans dix-sept pays du monde. Moins d’une décennie plus tard, elle est déjà utilisée par CASEL et d’autres organisations dans plus de 110 pays.

Selon sa carte interactive, CASEL est présent dans 50 États américains pour les enfants en bas âge et dans 20 États pour les enfants de la maternelle à la 12e année. Il est très probable que la carte de leur site n’est pas à jour et que beaucoup plus d’États sont à bord aux niveaux K-12. Il convient également de noter qu’en ce qui concerne les écoles maternelles, ils utilisent des termes tels que « lignes directrices », « cadres », « compétences », « objectifs d’apprentissage » et « normes d’apprentissage » qui intègrent tous les cadres SEL mais ne mentionnent pas nécessairement « apprentissage social et émotionnel ».

La note de bas de page du site Web de CASEL indique :  » Notre plateforme est rendue possible par la Fondation Allstate. « 

En 2011, CASEL a lancé la Collaborating Districts Initiative (CDI), en partenariat avec la NoVo Foundation, dirigée par Peter Buffet (financé par le père Warren Buffet), et les Rockefeller Philanthropy Advisors financent cette initiative. C’est également l’année où le ministère américain de l’éducation a accordé à l’Université de Virginie plus de 2,7 millions de dollars pour évaluer l’efficacité du programme d’apprentissage social et émotionnel (SEL) parascolaire WINGS for Kids.

Il s’agissait de la grande poussée pour produire des études SEL fondées sur des preuves afin de les faire progresser auprès des décideurs politiques. De nombreux financements et études ont suivi, qui sont abordés dans les chapitres suivants de cette série.

En décembre 2013, la Banque mondiale, en collaboration avec l’International Rescue Committee, a publié « Learning and Resilience : Le rôle crucial du bien-être social et émotionnel dans les contextes d’adversité » dans le cadre de leur série « Notes sur l’éducation », en mettant l’accent sur l’implication des communautés et des familles dans le processus d’apprentissage et la prestation du SEL. Ils mentionnent CASEL pas moins de 10 fois. Ils ont ensuite produit une « Boîte à outils étape par étape Promouvoir le SEL chez les enfants et les adolescents. » en 2018.

« La mise en œuvre doit également veiller à ce que les communautés et les familles soient impliquées dans le processus d’apprentissage et la prestation du SEL, afin de fournir un soutien plus holistique. »

En 2016, ils ont lancé l’initiative « Les États qui collaborent » pour mettre à l’échelle le SEL au niveau des États en collaboration avec les agences d’éducation des États.

Dans le même temps, la Fondation Bill et Melinda Gates et la Carnegie Corporation ont financé l’Aspen Institute pour créer la « Commission nationale sur le développement social, émotionnel et scolaire » (SEAD). Nous reviendrons sur ce sujet dans les chapitres consacrés au financement. C’était la grande année où toutes les parties prenantes ont creusé en profondeur et donné un coup de pied dans la vitesse supérieure, ainsi que le WEF produisant des livres blancs sur l’avenir du système éducatif, qui est également couvert dans un chapitre ultérieur.

Octobre 2018 – Le Centre pour améliorer l’apprentissage social et émotionnel et la sécurité à l’école (CISELSS) a été lancé par WestEd en partenariat avec Transforming Education, CCSSO et la RAND Corporation, et est financé par le ministère de l’Éducation des États-Unis pour fournir un soutien aux États et aux districts dans la mise en œuvre de programmes et de pratiques SEL.

En 2019, ils étaient prêts pour le rock n roll, alors qui d’autre que Harvard pour développer les cadres de ce que les écoles devraient mettre en œuvre, et pour que les décideurs politiques fassent avancer l’agenda – financé par Bill Gates et d’autres bien sûr. Nous reviendrons sur ce sujet dans les chapitres suivants consacrés au financement.

En 2020, ils ont lancé l’initiative SEL et main-d’œuvre, « pour intégrer le SEL et le développement de la main-d’œuvre afin de préparer les étudiants à réussir en tant qu’apprenants engagés tout au long de leur vie et contributeurs efficaces à l’avenir complexe dont ils hériteront. » Leur objectif est d’intégrer le SEL à la préparation de la main-d’œuvre dans les 50 États. Des entreprises telles que Sysco, McKinsey, Microsoft, Delta, Apple, Boston Consulting Group, Blue Cross Blue Shield Association, Chrysler, Cigna, General Motors et Hyatt, ne sont que quelques-unes des entreprises qui soutiennent cette initiative.

En 2020, elles ont publié un webinaire intitulé « Le SEL, un levier pour l’équité et la justice sociale ».


19 octobre 2021 – Le ministère de l’Éducation des États-Unis a publié de  » nouvelles ressources sur le soutien à la santé sociale, émotionnelle, comportementale et mentale des enfants et des étudiants à l’ère du Covid-19. « 

Dans la déclaration du secrétaire Cardona, il déclare :

 » Nos efforts en tant qu’éducateurs doivent aller au-delà de l’alphabétisation, des mathématiques, de l’histoire, des sciences et d’autres matières fondamentales pour inclure l’aide aux élèves afin qu’ils acquièrent les compétences sociales, émotionnelles et comportementales dont ils auront besoin pour accéder et participer pleinement à l’apprentissage et tirer le meilleur parti de leur potentiel et de leurs opportunités futures « , et souligne que l’ARP ESSER dispose à elle seule de 122 milliards de dollars pour ces besoins… et le siphonnage des fonds de secours Covid a commencé. Nous y reviendrons dans les chapitres suivants consacrés au financement.

Le 9 décembre 2021, CASEL a accueilli son nouveau PDG et président, Dr. Aaliyah A. Samuel, le secrétaire adjoint adjoint, Local, State and National Engagement, nommé par l’administration Biden en février 2021. Le poste de Samuel est effectif depuis le 1er janvier 2022. Elle est membre senior du Center on the Developing Child de l’université de Harvard, ancienne vice-présidente exécutive des affaires gouvernementales et des partenariats pour NWEA, professeur adjoint à l’université Carnegie Mellon, directrice de la division éducation de la National Governors Association, et ancienne enseignante et directrice d’école dans le comté de Hillsborough, en Floride.

« Nous allons devoir faire face à de nombreux défis éducatifs au cours des prochaines années, et je suis fermement convaincu qu’une éducation qui inclut l’apprentissage social et émotionnel est le grand égalisateur. Alors que nous nous dirigeons vers un monde post-pandémique, je suis honoré de diriger une organisation fondée sur la collaboration et dédiée à un programme qui garantit l’épanouissement de tous les élèves », a déclaré Samuel dans le communiqué de presse de CASEL.

Samuel a remplacé l’ancien PDG Karen Niemi qui gagnait plus de 310 000 dollars par an, selon leurs déclarations fiscales de 2020.

En plus de CASEL, Eileen Rockefeller Growald et son mari Paul ont fondé le Growald Climate Fund en 2007.

Avant CASEL, Eileen a fondé l’Institute for the Advancement of Health en 1981, a été présidente fondatrice de Rockefeller Philanthropy Advisors en 2000 et siège au conseil d’administration du David Rockefeller Fund.

Membres du conseil d’administration de CASEL

Timothy P. Shriver – Jeux olympiques spéciaux
Stephen D. Arnold – Polaris Partners
Deborah S. Delisle – L’Alliance pour une excellente éducation
Lawrence Aber – Université de New York
David Adams – The Urban Assembly
March Brackett – Centre de Yale pour l’intelligence émotionnelle
Catherine Bradshaw – Université de Virginie
Paul Goren – École d’éducation et de politique sociale de l’université Northwester
Janice Jackson – Hope Chicago
Chi Kim – Pure Edge, Inc.
Kimberly Schnoert-Reichl – Université de l’Illinois à Chicago
Shruti Sehra – New Profit, Inc.
Roger P. Weissberg – Professeur de psychologie et d’éducation, Université de l’Illinois à Chicago (décédé en 2021)
Andrea Wishom – Skywalker Properties
Mark T. Greenberg – Université de Penn State
Linda Darling-Hammond – Institut des politiques d’apprentissage
Ann S. Nerad – Leader civique

Le financement de CASEL

Une ventilation détaillée de certains des principaux financements provenant du secteur privé, de l’État et du gouvernement fédéral est présentée dans les chapitres suivants. En outre, une grande quantité de fonds est allouée à d’autres organisations qui soutiennent ce programme. Il y aura une liste récapitulative à la fin de cette série, documentant toutes les organisations mentionnées tout au long, qui dépasse les 300.

Pour avoir une idée générale de certaines des personnes impliquées dans ce chef-d’œuvre, le site Web de CASEL se lit comme suit :

Le financement de CASEL provient d’une variété de sources. Parmi celles-ci, citons le ministère américain de l’Éducation, le ministère américain de la Santé et des Services sociaux, le National Institute of Mental Health et les fondations suivantes : le Fetzer Institute, la Ford Foundation, la Bill & Melinda Gates Foundation, la Joseph P. Kennedy Jr. Foundation, la Lucile Packard Foundation for Children’s Health, la Surdna Foundation, l’University of Illinois at Chicago, la Randi and David Zussman Family Foundation et la William T. Grant Foundation. Les donateurs comprennent Eileen Rockefeller Growald, Irving B. Harris, le conseil d’administration et le personnel de CASEL, et d’autres.

Programme « Apprentissage social et émotionnel » (SEL) de CASEL

« Le SEL est un processus visant à aider les enfants et même les adultes à développer les compétences fondamentales pour être efficaces dans la vie. SEL enseigne les compétences dont nous avons tous besoin pour nous gérer nous-mêmes, nos relations et notre travail, de manière efficace et éthique. » – CASEL

L’objectif est d' »intégrer » les cadres SEL à l’école, dans tous les programmes d’études et en dehors de l’école. Il ne s’agit pas d’un programme distinct, mais d’un élément intégré à tout ce qui est fait. CASEL dispose de consultants en formation et de fournisseurs d’assistance technique qui travaillent avec les écoles et les districts scolaires de la maternelle à la 12e année, ainsi que des services de développement professionnel et d’accompagnement des districts.

Mots clés répétitifs utilisés dans la plupart des documents relatifs aux programmes SEL

Diversité, équité, inclusion, résilience, adaptabilité, valeurs, perspectives, identité, identité de genre, race, justice sociale, agréabilité, qualités de caractère, assimilation, appartenance, comportements prosociaux, empathie, régulation émotionnelle, prise de décision responsable, conscience de soi, gestion de soi, conscience sociale, compétences relationnelles, comportements sexuels sans danger, climat scolaire, citoyenneté mondiale, citoyen numérique, à la maison, pendant les activités extrascolaires, suivi et collecte de données.

Lorsque l’on clique sur l’un des 77 guides de programmes de CASEL, on trouve une section « Maison » qui propose soit des « activités et des ressources pour la maison » et/ou une « composante d’intervention familiale ».

Selon CASEL, leur programme SEL promeut et enseigne ce qui suit :

  • – Le développement positif des enfants et des jeunes, la réduction des comportements problématiques et l’amélioration des résultats scolaires, de la citoyenneté et des comportements liés à la santé.
  • – Augmentation du temps consacré au travail scolaire et à la maîtrise de la matière.
  • – Une augmentation de 11 points de percentile dans les résultats des tests de réussite.
  • – Une approche inclusive qui couvre l’ensemble des compétences sociales et émotionnelles qui aident les enfants à être résilients et à réussir leur apprentissage.
  • – « Ce sont les compétences qui permettent aux enfants de se calmer lorsqu’ils sont en colère, de se faire des amis, de résoudre les conflits de manière respectueuse et de faire des choix éthiques et sûrs. »
  • – Elles sont mises en œuvre de manière coordonnée, à l’échelle de l’école, de l’école maternelle au lycée. Les leçons sont renforcées en classe, pendant les activités extrascolaires et à la maison.

Le NOUVEAU SEL transformateur pour l’équité

En 2019, ils ont commencé à affiner une forme spécifique de mise en œuvre du SEL en « développant et en affinant le SEL transformatif vers l’équité » pour promouvoir un engagement civique axé sur la justice, et transformer les milieux inéquitables. Cela implique que les élèves et les adultes coapprennent à examiner les causes profondes de l’iniquité, à développer l’identité, à intégrer les questions de race, de classe et de culture, à réfléchir aux identités personnelles et sociales, à examiner les préjugés et les partis pris, à interroger les normes sociales, à perturber les inégalités et à y résister, et à créer un sentiment d’appartenance et un engagement pour tous les individus.


Un article d’EdSurge, rédigé par Kamilah Drummond-Forrester, directrice d’Open Circle, illustre parfaitement la manière dont le « SEL transformatif » pourrait être utilisé dans un cadre scolaire. Selon cet article, si les enfants « apprenaient comment le concept de « blancheur » a été créé, ils pourraient être à l’affût des moyens de perturber et de démanteler le racisme toxique qui nous prive tous de notre pleine humanité ».

Fin 2020, le programme SEL de CASEL commençait à recevoir quelques critiques pour son ascension rapide, et en 2021, les parents qui se battaient contre les conseils scolaires sur la théorie critique de la race commençaient à reconnaître que le SEL est également un problème. Bien que la plupart d’entre eux n’aient probablement aucune idée de l’ampleur réelle de ce programme et du fait que la TRC n’est qu’une pâle copie parce qu’elle est intégrée dans le programme.

En réponse aux critiques, Tim Shriver et Roger Weissberg de CASEL ont écrit un article dans Phi Delta Kappan. Ils expliquent à quel point le SEL a été adopté par les parents, les enseignants, les employeurs et les jeunes. Voici quelques points clés qu’ils ont soulignés :

  • – 18 États ont introduit des normes ou des compétences SEL K-12 et 26 États ont produit des documents d’orientation ou des sites Web à l’appui du SEL. (Ces chiffres n’incluent pas les 50 États prévus pour l’enseignement préscolaire, plus les États supplémentaires ajoutés depuis la publication de ce rapport il y a un an).
  • – Plus de 200 textes de loi faisant référence au SEL (ou à un langage étroitement lié) ont été introduits rien qu’en 2019.
  • – La Commission fédérale sur la sécurité à l’école, présidée par la secrétaire américaine à l’éducation Betsy DeVos (au moment de cette publication), a décrit le SEL comme un élément clé des efforts visant à améliorer le climat et la sécurité dans les écoles.
  • – Ils étaient conscients de l’existence de plus de 100 cadres liés au SEL utilisés avec leur propre langage pour décrire le SEL, et de la façon dont les écoles et les éducateurs pouvaient finalement y greffer leurs propres programmes au nom du SEL.
  • – Ils ont rappelé comment les leaders sont parvenus à un consensus fort sur les principes de base, notamment sur la façon dont « les enfants et les adultes comprennent et gèrent leurs émotions, ressentent et montrent de l’empathie pour les autres, et prennent des décisions responsables ». Ils incluent toujours les « adultes » dans cette formation à l’obéissance.
  • – Ils rappellent également comment la mise en œuvre du SEL nécessite une approche systémique qui sera intégrée à chaque partie de l’expérience d’apprentissage d’un élève, dans toutes les salles de classe, pendant toutes les parties de la journée scolaire et le temps extrascolaire, et en partenariat avec les familles et les communautés.
  • – Ils sont convaincus que le SEL peut aider les enfants de tous horizons à promouvoir la compréhension, à examiner les préjugés, à réfléchir à l’impact du racisme et à y remédier, et à établir des relations interculturelles.
  • – Ils veulent que le domaine reste vigilant pour protéger la qualité des programmes de SEL, en veillant à ce que la SEL améliore l’enseignement et l’apprentissage scolaires et reste libre de tout programme idéologique. Ils devraient peut-être se demander d’où vient tout leur financement, car il ne correspond certainement pas à ce geste.
  • – Ils ont déclaré : « Nous n’avons jamais cherché à nous approprier le mouvement, mais seulement à l’amadouer ». Cette déclaration est-elle vraie?

En octobre 2018, ils ont accepté une importante subvention d’un montant de 550 000 $ de la Fondation Bill & Melinda Gates dans le seul but de -.

« Renforcer les capacités pour permettre à l’ACSEL d’assumer, de soutenir et de maintenir le rôle de levier le plus élevé dans le domaine du SEL afin de contribuer à faire du SEL fondé sur des preuves une partie intégrante de l’éducation de chaque enfant, de la maternelle au lycée. »

En 2021, certains parents ont commencé à protester contre les programmes SEL dans les écoles, tout comme la théorie de la race critique (CRT). Certaines sources médiatiques l’ont déformé pour faire honte aux parents à une époque où les enfants sont déprimés et peut-être suicidaires, tandis que d’autres l’ont appelé pour ce qu’il est. Tout le monde, du Hill au New York Post, en passant par NBC News, le Washington County Insider, le South Bend Tribune et le Daily Mail, a couvert les parents qui s’opposent aux programmes SEL.

Selon Emotional ABC, le meilleur choix de 2019 pour l’apprentissage de Common Sense Education (branche de Common Sense Media), financé par Gates, 4 écoles primaires sur 5 aux États-Unis et dans 110 pays utilisent leur programme SEL basé sur des preuves et aligné sur le CASEL pour l’enseignement en classe et en ligne.

Selon des chercheurs de l’Université de Columbia, ils ont déterminé en 2015 que les programmes SEL ont un fort retour sur investissement (ROI) sur de longues périodes, affirmant que les programmes ont généré un retour moyen de 11 dollars par dollar investi. Voici l’étude complète qui a été financée.

Documentation supplémentaire sur le programme SEL de CASEL :

  • – Voici un échantillon des principes directeurs de l’apprentissage social et émotionnel de la Californie, qui comprend l’adoption du développement de « l’enfant entier » comme objectif de l’éducation, l’engagement envers l’équité, le renforcement des capacités, le partenariat avec les familles et les communautés, et l’apprentissage et l’amélioration, avec des équipes de direction diverses et inclusives. Ils souhaitent étendre : les programmes d’apprentissage et de soins précoces, les programmes après l’école et les programmes d’apprentissage d’été avec une  » responsabilité partagée. « 
  • – Un exemple de guide de compétences 2020 pour le Missisquoi Valley School District dans le Vermont.
  • – Faits rapides sur les critères du Guide to Effective Social and Emotional Learning Programs de CASEL.

Quelques faits concrets et statistiques

  • – Les écoles américaines comptent à elles seules plus de 51 millions d’élèves de la maternelle à la 12e année. Ajoutez à cela les éducateurs, le personnel, les conseillers et les parents, et ce nombre explose de façon astronomique. Ajoutez maintenant ce même scénario à tous les autres pays, et vous obtenez la formation à l’obéissance mondiale que les mondialistes recherchent.
  • – Rien qu’en 2020, les donateurs basés aux États-Unis ont donné plus de 71 milliards de dollars à l’éducation.
  • – Selon Tyton Partners, l’adoption des programmes SEL et les dépenses qui y sont consacrées ont augmenté de 45 %, passant de 530 à 765 millions de dollars entre novembre 2019 et avril 2021.
  • – Une étude de 2015 a montré que le retour sur investissement (ROI) du programme SEL était de 11 dollars pour 1 dollar investi.
  • – Selon les recherches du WEF, les investissements privés dans les Ed-tech sont passés de 1,5 milliard de dollars en 2011 à 4,5 milliards de dollars en 2015. Selon le cabinet de recherche The Learning Counsel, les districts de la maternelle à la terminale aux États-Unis ont dépensé à eux seuls 35,8 milliards de dollars en 2020 en matériel, logiciels, ressources pédagogiques et réseaux. Le cabinet de conseil Grand View Research a prévu que le marché de l’Ed-tech atteindra 285,2 milliards de dollars en 2027, et qu’il avait déjà atteint 76,4 milliards de dollars en 2019. Ils veulent une réalité virtuelle et augmentée intégrée à toutes les technologies liées à l’éducation pour les programmes SEL, et au-delà.
  • – 97 % des adolescents jouent à des jeux vidéo pendant leur temps libre.
  • – En mars 2021, la Banque mondiale, l’UNESCO et l’UNICEF se sont lancés dans une mission conjointe intitulée « Recovering Education 2021 », qui vise à ramener les enfants dans les écoles, à récupérer les pertes d’apprentissage et à préparer les enseignants. En utilisant un nouvel outil développé par l’Université Johns Hopkins, l’UNICEF et la Banque mondiale, appelé « Covid-19 Global Education Recovery Tracker » pour suivre les efforts de planification des écoles dans plus de 200 pays, d’ici la fin de cette année, ils « visent à ce que les pays signalent que leurs écoles ont intégré l’apprentissage des émotions sociales dans leur enseignement »… et… « Tous les enseignants devraient être préparés à l’enseignement correctif, à l’apprentissage des émotions sociales et à l’apprentissage à distance d’ici la fin de cette année ».
  • – Plus de 200 textes de loi faisant référence au SEL (ou à un langage étroitement lié) ont été introduits rien qu’en 2019, selon Tim Shriver et Roger Weissberg de CASEL. C’est presque comme s’ils savaient qu’il n’y avait pas d’obstacles à l’apprentissage.

Conclusion

« J’ai remarqué un phénomène fascinant au cours de mes trente années d’enseignement : les écoles et la scolarité sont de moins en moins pertinentes pour les grandes entreprises de la planète. Plus personne ne croit que les scientifiques sont formés dans des cours de sciences, les politiciens dans des cours d’éducation civique ou les poètes dans des cours d’anglais. La vérité est que les écoles n’enseignent pas grand-chose, si ce n’est comment obéir aux ordres. » – John Taylor Gatto

Les parents et les éducateurs doivent enlever leurs œillères et reconnaître exactement de quoi il s’agit et où cela mène. Les universitaires ont quitté le bâtiment. Leur château (CASEL) plante une graine (SEAD) qui vend aux enfants et aux parents (SELs) une fausse image de roses et de soleil, alors qu’elle est en fait imprégnée de magie noire et d’un programme communiste qui fera que tout le monde se soumettra et obéira à la tyrannie en tant que « citoyen du monde » contrôlé par le Nouvel Ordre Mondial.

Il s’agit d’une « intervention » visant à réformer la société, à conformer les valeurs et les croyances, à supprimer l’individualité au profit d’une mentalité unique, à exploiter les données et à surveiller l’humanité afin de mettre en place un système de notation sociale permettant de contrôler toutes les facettes de la vie d’une personne. Il s’agit d’un programme psychologique qui va de pair avec le programme d’identification numérique déjà signalé par Corey’s Digs. Et la surveillance est déjà en place, ce qui est documenté dans un chapitre ultérieur.

La plupart des décideurs politiques et le département américain de l’éducation ont déjà vendu tout le monde, et la plupart des districts scolaires sont déjà à bord de ce programme. Ils veulent 400 milliards de dollars dans le projet de loi « Build Back Better » pour « l’école maternelle gratuite » parce que commencer SEL à un jeune âge leur donne un meilleur avantage pour les modeler en l’homme augmenté futuriste qu’ils veulent pour leur main-d’œuvre conforme.

L’école à la maison et la création de réseaux d’écoles à la maison avec d’autres parents est à l’avantage de tous. Cela retire les enfants et les parents de ce système de surveillance robuste particulier dans lequel ils ont besoin de tout le monde. Deux choses sont nécessaires pour faire de leur programme une réalité. 1) La conformité. 2) Un identifiant numérique qui leur donne un accès et un contrôle total. La réponse est donc très simple. Ne vous conformez pas, ne téléchargez pas de passeport d’identification vaccinale et ne créez pas d’identité numérique pour quelque organisation, institution ou banque que ce soit.

En tant que pays, comment pouvons-nous continuer à payer des impôts à ces systèmes scolaires qui font subir un lavage de cerveau aux enfants, les retournent contre leurs familles et détruisent l’essence même de leurs précieuses âmes et de leur individualité ? Nous devons cesser de financer ces écoles d’obéissance.

Il est important que chacun partage cette information et sensibilise les autres à cet agenda, car il est mondial, dans plus de 110 pays, et ils l’ont très bien déguisé. Si les masses ne se conforment pas, ils échoueront. Cela doit échouer, car l’avenir de chacun en dépend.

Corey Lynn

Introduction : Comprendre l’agenda 2030
1 – Programmation
2 – La spiritualité dans les programmes éducatifs
3 – Vision du WEF pour le système éducatif mondial
4 – Département américain de l’éducation et plusieurs agences impliquées
5 – Bailleurs de fonds du secteur privé
6 – Législation et milliards de financements étatiques et fédéraux
7 – Surveillance, exploration de données et score social pour tous
8 – Chronologie, plus de 580 joueurs et conclusion

L’Agenda 2030 en France

En septembre 2015, les 193 États membres de l’ONU ont adopté le programme de développement durable à l’horizon 2030, intitulé Agenda 2030. C’est un agenda pour les populations, pour la planète, pour la prospérité, pour la paix et par les partenariats. Il porte une vision de transformation de notre monde en éradiquant la pauvreté et en assurant sa transition vers un développement durable.



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .



Tirage gratuit des Tarots

Articles similaires

Laisser un commentaire