Transhumanisme

Agenda 2030 – 5 Bailleurs de fonds du secteur privé

Le dressage à l'obéissance, des enfants de la maternelle aux adultes, est déjà une réalité mondiale avec des milliards de dollars de financement pour un contrôle total.

Tout comme le monde de l’eugénisme, qui change de formulation chaque décennie pour dissimuler ses véritables intentions tout en poursuivant le même programme, et qui le rend plus attrayant à chaque changement, le monde de l’éducation est à peu près pareil.

Voir tous les articles de ce dossier Agenda 2030

Comme pour la plupart des agendas perpétrés sur les êtres humains, ceux qui ont fabriqué la prétendue « crise » sont ceux qui en profitent, et certains de ces mondialistes sont si habiles qu’ils peuvent vendre des glaçons aux esquimaux.

Les 4 parties (plus l’introduction) de cette série de 9 articles ont révélé l’apprentissage socio-émotionnel, l’apprentissage de l’obéissance de la maternelle à l’âge adulte, inculqué par le système éducatif et au-delà, les nombreuses personnes impliquées et l’état d’avancement de ce programme psychologique.

La 5ème partie explique l’aspect du capital humain et montre les fonds du secteur privé qui ont été injectés dans ce programme pour former la future main-d’œuvre obéissante. Ce programme mondial est déjà opérationnel dans 110 pays et des milliards de dollars y sont injectés.


Le capital humain

« Une compréhension émergente du développement du cerveau a révélé une remarquable période d’élasticité pendant l’adolescence – presque une seconde enfance, et une seconde chance de capitaliser sur les changements rapides pour construire les habitudes d’esprit qui soutiennent un âge adulte prospère. » – appel à l’action de la Carnegie Corporation of New York

Tout ce dans quoi les mondialistes déversent de l’argent est égoïste, malgré leurs efforts pour manipuler les gens et leur faire croire qu’ils font tout pour le bien de l’humanité. Ce programme particulier n’est pas différent. Ils « investissent » dans le « changement » de l’esprit des enfants (et des parents) pour contrôler tous les aspects de leurs caractéristiques et de leur comportement, de leur pensée, de leurs émotions et de leurs croyances, afin de pouvoir les modeler pour qu’ils deviennent leur future main-d’œuvre dans un monde numérique où les mouvements, l’accès, le comportement, les paroles et les dépenses de chacun sont tous suivis par la blockchain et un système de notation sociale qu’ils construisent depuis longtemps.

Selon des chercheurs de l’Université de Columbia, ils ont déterminé en 2015 que les programmes SEL ont un fort retour sur investissement (ROI) sur de longues périodes, affirmant que les programmes ont généré un retour moyen de 11 dollars par dollar investi. Voici l’étude complète qui a été financée par la NoVo Foundation, une fondation qui est contrôlée par Peter Buffet avec le don initial de son père Warren de 350 000 actions (évaluées à 1 million de dollars) de Berkshire Hathaway.

Les personnes impliquées dans la promotion de ce programme insistent sur le fait que le « caractère » est ce qu’il y a de plus important lorsqu’il s’agit de réussir à l’école, dans la carrière et dans la vie, et sous le couvert de la nécessité de changer son « caractère », elles plaident pour un changement de politique afin de promouvoir le changement social et économique. Alors que le « caractère » joue certainement un rôle important dans la vie, ces personnes veulent le plier à leur avantage.

Selon le professeur James J. Heckman, « Commencer tôt donne un meilleur rendement. Investir dans un développement de la petite enfance de haute qualité, dès la naissance – c’est une question d’argent et de bon sens. » M. Heckman est professeur d’économie à l’université de Chicago, où il dirige le Economics Research Center et le Center for the Economics of Human Development, depuis 1973. Ce n’est pas une coïncidence si le CASEL (cofondé par Eileen Rockefeller Growald) est basé à Chicago, ou si les Rockefeller ont des liens profonds à Chicago, y compris le fait que John D. Rockefeller était le fondateur de l’Université de Chicago.

La plupart des travaux de Heckman sont axés sur les « modèles d’individus », la « formation des compétences tout au long de la vie » et le développement de la petite enfance, autant de sujets qui ont eu une influence considérable sur les décideurs politiques. Son projet « Équation de Heckman » a été financé par le Pritzker Children’s Institute et le Buffet Early Childhood Fund. Ce n’est pas surprenant, car tous deux sont liés à ce programme global. Comme indiqué ci-dessus, NoVo a financé l’étude sur le retour sur investissement des programmes SEL, à la demande de CASEL.

Comme nous l’avons vu dans la troisième partie de cette série, le Lisa and John Pritzker Family Fund a donné 300 000 dollars au Center for Healthy Minds pour faire avancer ses recherches sur la culture du bien-être et le soulagement de la souffrance.

Ils cultivent ce « bien-être » grâce à des applications pour smartphone qui « entraînent les cerveaux », avec des projets financés par la Chan Zuckerberg Initiative, le NIH, le NCCIH et le NIMH (qui finance également le CASEL).

En 2017, J.B. Pritzker et Heckman ont écrit une tribune pour The Hill, exhortant la nouvelle administration à subventionner l’éducation de la petite enfance de la naissance à l’âge de trois ans, et à élargir l’accès à l’école maternelle à partir de quatre ans. Ils ont passé des décennies à essayer de briser la cellule familiale, afin de pouvoir utiliser la carte de la « mère célibataire » pour leurs agendas.

Qu’est-ce que le projet de l’équation d’Heckman? Il se résume à « investir, développer, soutenir et gagner ».

Ils veulent investir dans le développement précoce des compétences cognitives et sociales de la naissance à l’âge de cinq ans, le soutenir par l’éducation jusqu’à l’âge adulte et « gagner une main-d’œuvre plus compétente, plus productive et plus précieuse qui rapporte des dividendes à l’Amérique pour les générations à venir ».

Ils soutiennent qu’ils doivent les acquérir pendant qu’ils sont jeunes car « les compétences acquises grâce à une éducation préscolaire de qualité durent toute la vie« . Bien qu’ils souhaitent que de gros investissements soient consacrés à la préscolarisation, ils sont impatients de mettre la main sur eux dès la naissance, indiquant que leurs recherches montrent qu’une éducation de qualité de la naissance à la cinquième année fournira un « taux de rendement » plus élevé que la préscolarisation seule, avec un retour sur investissement de 13%. Ils affirment que ce retour sur investissement se traduira par de meilleurs résultats dans la vie, une meilleure santé, une meilleure qualité de vie, moins de criminalité, un QI plus élevé, un meilleur emploi et une « augmentation du revenu du travail de la mère grâce aux garderies subventionnées. »


Le retour sur investissement de 13% est basé sur deux expériences préscolaires (ABC/CARE) menées en Caroline du Nord dans les années 1970, qui ont fourni des ressources de développement complètes avec un accès à la nutrition, aux soins de santé et à l’apprentissage précoce, aux enfants afro-américains défavorisés de la naissance à l’âge de cinq ans. Cela impliquait la création d’un groupe de traitement et d’un groupe de contrôle dans lequel certains recevaient le traitement de haute qualité, tandis que d’autres utilisaient des « centres de garde d’enfants alternatifs de faible qualité ou des soins à domicile ».

Leurs recherches ont porté sur des données recueillies de la naissance à l’âge de 8 ans, sur les compétences cognitives et socio-émotionnelles, les environnements domestiques, la structure familiale et les caractéristiques économiques des familles. ABC/CARE a fourni des services de garde d’enfants aux parents du groupe « traité » pendant plus de neuf heures par jour pendant cinq ans. Après l’âge de 8 ans, ils ont continué à recueillir des données sur les compétences cognitives et socio-émotionnelles, l’éducation et les caractéristiques économiques de la famille à 12, 15, 21 et 30 ans, avec une enquête médicale complète et une activité criminelle détaillée à 35 ans.

Sur la base de ces études, Heckman affirme qu’il s’agit d’une étude pertinente aujourd’hui, et que les effets négatifs d’une petite enfance défavorisée sont similaires dans toutes les races. L’étude affirme que le traitement a eu des résultats de vie significativement meilleurs que ceux qui sont restés à la maison ou qui se sont inscrits dans des centres de garde d’enfants de faible qualité. Cette étude a pour but de séparer les enfants de leur mère à la naissance et de les inscrire dans des programmes qui correspondent à leur programme général. Imaginez seulement 9 heures de programmation chez les enfants, chaque jour pendant cinq longues années.

Alors que Heckman et cette étude peuvent s’y référer en tant que « petite enfance défavorisée », ils veulent que ce système soit mis en place pour TOUS les enfants, ce qui est évident par les 400 milliards de dollars de préscolarisation gratuite pour TOUS, bourrés dans le Build Back Better Bill qu’ils veulent faire passer.

Ce n’est pas différent de l’affirmation « les pauvres du monde entier n’ont pas de carte d’identité numérique, donc nous avons TOUS besoin de cartes d’identité numériques », ou « 4,5% de la population s’identifie comme LGBTQ, donc nous devons tous nous attribuer de nouveaux pronoms », ou « certaines personnes n’ont pas accès à Internet dans les pays pauvres, donc tous les enfants du monde entier doivent être connectés à Internet ». Vous voyez leur jeu?

Ils expriment leurs intentions en langage clair. Lisez-le exactement tel qu’il est énoncé, puis considérez qui le finance :

« ABC/CARE a amélioré les perspectives économiques des enfants traités et de leurs mères, permettant à ces dernières d’entrer dans la vie active et d’augmenter leurs revenus, tandis que leurs enfants acquéraient les compétences de base qui les rendraient plus productifs dans la future population active. »

Bailleurs de fonds du secteur privé

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des plus grands bailleurs de fonds du secteur privé et des partisans de ce programme, qui jouent un rôle déterminant dans la promotion, la recherche, l’élaboration des politiques et les bénéfices. Il ne s’agit en aucun cas d’une liste exhaustive de ceux qui financent et soutiennent ce programme de formation à l’obéissance et de lavage de cerveau, mais il s’agit par coïncidence de certains des mêmes milliardaires philanthropes qui profitent du programme Covid, de l’industrie des vaccins, du changement climatique et d’autres facettes du programme ONU 2030 dont ils font tous partie.

Les milliards de subventions fédérales et d’État sont couverts par la section sur la législation dans la partie 7 de ce rapport, qui est également directement liée aux acteurs de ce chapitre en raison de leur influence sur les législatures en matière d’élaboration des politiques.

Conseillers en philanthropie Rockefeller

En plus de leur rôle vital dans le financement de CASEL et de leur collaboration avec l’Institut Fetzer par le biais de leur Collaborative for Spirituality in Education, qui a été largement couvert dans la troisième partie, ils financent également la Collaborative Districts Initiative (CDI), qui a été lancée en 2011 par la NoVo Foundation (Buffet) et CASEL (Rockefeller), afin que les districts scolaires de tout le pays mettent en œuvre le SEL, et essaient probablement d’y intégrer l' »éducation spirituelle » en même temps.

Ils sont également impliqués et financent la Commission internationale sur le financement de l’éducation dans le monde, créée en 2015, et située à New York, à deux minutes à pied du Rockefeller Center.

La Commission internationale sur le financement de l’éducation dans le monde

Cette commission aurait été co-convoquée en 2015 par le Premier ministre de la Norvège, les présidents du Malawi, de l’Indonésie et du Chili, et le directeur général de l’UNESCO. Elle est présidée par l’envoyé spécial des Nations unies pour l’éducation mondiale, Gordon Brown, et soutenue par 26 commissaires de haut niveau composés d’anciens chefs d’État et de gouvernement et de leaders dans divers domaines, dont l’ancien président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, Jack Ma et Lawrence Summers, sur lesquels Corey’s Digs a fait de nombreux reportages, et qui ont tous des liens profonds avec les Clinton également.

Leur commission compte plus de 300 partenaires dans 105 pays, et se concentre principalement sur le quatrième objectif de développement durable des Nations unies :

« Assurer une éducation inclusive et de qualité et promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie pour tous. »

Pour l’essentiel, ils rassemblent les fonds, puis convainquent et contraignent les dirigeants et les décideurs politiques du monde entier à mettre en œuvre et à appliquer leurs programmes, comme pour tous les autres programmes que ces mêmes personnes orchestrent.


Ils ont créé la Facilité internationale de financement pour l’éducation (IFFEd) en tant que moteur de financement pour les pays à revenu moyen inférieur, ou, comme ils le disent, pour 80 % des enfants du monde. Ils utilisent des subventions et des garanties catalytiques et multiplient les ressources des donateurs par un facteur allant jusqu’à quatre.

L’UNICEF a estimé qu’il lui faudrait obtenir 474,5 milliards de dollars pour intensifier l’utilisation des technologies éducatives, dont 428 milliards de dollars pour connecter chaque apprenant à l’internet, ainsi que 498 milliards de dollars supplémentaires pour rendre l’utilisation des données abordable pour tous.

Dans la lignée du livre blanc du Forum économique mondial intitulé « New Vision for Education : Fostering Social and Emotional Learning through Technology » (abordé dans la partie 4), ils ont produit un document de travail intitulé « Financement de l’écosystème EdTech », dans lequel ils font référence au document du WEF.

Bien sûr, Covid-19 a été une fois de plus le chef de file pour expliquer pourquoi il est si important de connecter les enfants à la technologie. Une grande partie du langage utilisé dans ce rapport est identique à celui du WEF. Ils sont déterminés à construire leur blockchain de citoyens du monde numériques tout en « formant les cerveaux » grâce à des applications.

En 2016, ils ont produit un rapport intitulé « La génération de l’apprentissage : Investir dans l’éducation pour un monde en mutation « , qui est un plan d’action pour financer et étendre l’éducation à 260 millions d’enfants qui ne sont pas scolarisés. Ils déclarent que leurs intentions sont de diversifier la main-d’œuvre de l’éducation, de mobiliser des financements plus nombreux et de meilleure qualité, de renforcer les mécanismes de prestation et de transformer l’apprentissage. Dans ce rapport, ils précisent que la Commission internationale sur le financement de l’éducation dans le monde a été créée pour …

« Rassembler les meilleures preuves nécessaires pour éclairer ce que nous présentons aujourd’hui : un programme d’action qui se traduira par la plus grande expansion des possibilités d’éducation de l’histoire moderne. »

Ce n’est pas la seule initiative de l’UNESCO en matière de SEL. Elle s’est également associée à la Banque mondiale et à l’UNICEF sur d’autres projets pour faire avancer ce programme, comme le montre la quatrième partie.

La Banque mondiale a publié « Apprentissage et résilience : le rôle crucial du bien-être social et émotionnel dans les contextes d’adversité «  dès 2013, en mettant l’accent sur l’implication des communautés et des familles dans le processus d’apprentissage et la prestation du SEL, et sur la manière d' » opérationnaliser  » la programmation du SEL en intégrant la prestation de ses activités psychosociales dans le système éducatif.

L’Institut Fetzer

Le Fetzer Institute finance à la fois CASEL et Rockefeller Philanthropy Advisors, en plus de nombreuses études liées à l’éducation avec des critères dérangeants, et est partenaire de Rockefeller Philanthropy Advisors dans le Collaborative for Spirituality in Education. Ce sujet, ainsi que l’ensemble de leur financement, a été abordé dans la troisième partie.

Fondation Bill & Melinda Gates

En octobre 2010, CASEL, avec le groupe de recherche sur l’apprentissage social et émotionnel de l’Université de l’Illinois à Chicago, a publié « Compendium of Preschool Through Elementary School : Social-Emotional Learning and Associated Assessment Measures« , financé par la Fondation Bill & Melinda Gates, la Kirlin Charitable Foundation, la NoVo Foundation, la Rauner Family Foundation et l’Université de l’Illinois à Chicago.

En 2016, l’Aspen Institute a créé la National Commission on Social, Emotional, and Academic Development (NCSEAD) avec un financement de 871 680 dollars de la Fondation Bill & Melinda Gates pour sa création, qui a également été financée par la Carnegie Corporation.

« Soutenir la création de la Commission nationale sur le développement social, émotionnel et académique qui cherche à exploiter la recherche émergente dans le développement social et émotionnel et les domaines apparentés pour explorer davantage la base de données probantes pour améliorer les résultats des élèves en intégrant le développement social et émotionnel dans la conception des programmes éducatifs pré-K-12 et l’enseignement et l’apprentissage et pour examiner les implications pour la politique et la pratique. »

En octobre 2018, la Fondation Bill & Melinda Gates a financé CASEL à hauteur de 550 000 dollars dans le seul but que les cofondateurs Rockefeller-CASEL maintiennent leur « rôle de levier le plus élevé » du programme SEL :

« Renforcer les capacités pour permettre à CASEL d’assumer, de soutenir et de maintenir le rôle de levier le plus élevé dans le domaine de la SEL afin de contribuer à faire de la SEL fondée sur des preuves une partie intégrante de l’éducation de chaque enfant, de la maternelle au lycée. »

En janvier 2019, la Commission nationale sur le développement social, émotionnel et académique de l’Aspen Institute a publié ses recommandations pour la nouvelle vision sur le système éducatif et la façon dont les décideurs politiques peuvent apporter ce changement – « From A Nation At Risk To A Nation At Hope. (D’une nation à risque à une nation d’espoir.) »

Entre 2016 et 2021, la Fondation Bill & Melinda Gates a financé plus de 25 millions de dollars spécifiquement pour des programmes d' »apprentissage social et émotionnel », mais la première subvention a été accordée en novembre 2007 pour un montant de 125 000 dollars au conseil d’administration de l’Université de l’Illinois afin de « soutenir les stratégies de recherche pour l’apprentissage social, émotionnel et académique des élèves des écoles maternelles et élémentaires ». Cette somme a probablement permis de financer les travaux menés en collaboration avec CASEL pour faire décoller le SEL et l’intégrer dans les écoles.

La Fondation Bill & Melinda Gates a financé New Profit Inc. à hauteur de plus de 50 millions de dollars depuis 2014 pour l’éducation K-12, avec un minimum de 3 millions de dollars marqués comme « apprentissage social et émotionnel. »

New Profit Inc. a été fondée en 1998 par Vanessa Kirsch, a financé CASEL à hauteur de millions pour faire avancer le programme SEL, et l’associée directrice de New Profit, Shruti Sehra, occupe un poste au conseil d’administration de CASEL. Selon New Profit, « l’impact de SEL est à long terme avec un retour sur investissement de 11:1, ce qui signifie que pour chaque dollar investi, il y a un retour de 11 dollars. » Ils déclarent également avoir une relation de longue date avec CASEL, qui remonte à leur collaboration sur l’initiative « Reimagine Learning », et ont travaillé avec eux sur le développement du leadership et du conseil d’administration et sur la planification stratégique pour la croissance et l’impact.

En 2010, un « Fonds d’innovation sociale » fédéral a été créé pour développer les organisations à but non lucratif avec un programme de 50 millions de dollars, et 5 millions de dollars sont allés directement à New Profit, Inc. Le directeur exécutif du fonds était Paul Carttar, qui avait travaillé à New Profit avant de rejoindre le gouvernement. Il se serait récusé du processus d’octroi des subventions, mais un audit aurait été réalisé sur le processus d’octroi des subventions du Fonds d’innovation sociale en raison de certaines questions soulevées sur les conflits d’intérêts de certaines organisations ayant reçu des subventions.

New Profit et Deloitte Consulting LLP collaborent depuis près de 20 ans, ce qui inclut le soutien bénévole des consultants de Deloitte qui travaillent avec le personnel de New Profit pour aider les partenaires subventionnés de New Profit. Jusqu’à présent, ils ont créé 34 organisations à fort impact en utilisant cette stratégie.

Deloitte Consulting, membre du Forum économique mondial, a collaboré à la préparation du livre blanc « A Blueprint for Digital Identity : Le rôle des institutions financières dans la construction de l’identité numérique » qui a été couvert dans le rapport de Corey’s Digs sur le paysage mondial des passeports d’identification, partie 3. Tout est lié.

Entre 2013 et 2021, la Fondation Bill & Melinda Gates a versé à Common Sense Media plus de 3 millions de dollars en subventions liées à l’éducation. Common Sense Media s’est associé au Projet Zéro de la Harvard Graduate School of Education pour développer un « Digital Citizenship Curriculum » qui comprend un ensemble de leçons de lavage de cerveau telles que « comment pouvons-nous être de bons citoyens numériques ? » pour les élèves de deuxième année.

Gates a également financé Harvard (voir ci-dessous). Common Sense Media a créé un « SEL in Digital Life Resource Center » pour aider chacun à intégrer le SEL dans sa vie numérique, à l’aide d’activités alignées sur le CASEL, par le biais du nouveau Digital Citizenship Curriculum.


Gates a également versé plus de 85 millions de dollars à l’American Institutes for Research, qui a produit plusieurs rapports sur les avantages de l’apprentissage social et émotionnel, souvent cités en référence pour promouvoir le SEL et à des fins politiques et législatives.

L’initiative Chan Zuckerberg et la Fondation Bill & Melinda Gates se sont associées pour financer le Guide to Effective SEL Programs de CASEL.

Rien qu’en 2021, la Fondation Gates a accordé près de 7 millions de dollars de subventions pour faire progresser le SEL, au National Equity Project, à Kingmakers of Oakland, à New Profit Inc, à Committee for Children, à Facing History and Ourselves, à EL Education Inc, à CASEL et à Tyton Partners Consulting, LLC. L’un des programmes consiste à « piloter le modèle d’école Facing History, un nouveau programme audacieux visant à promouvoir l’adoption par l’ensemble de l’école de pratiques d’enseignement équitables en intégrant l’apprentissage émotionnel social, l’équité et l’éducation civique dans chaque aspect de la culture et du programme scolaire. »

En décembre 2021, la Fondation Gates a accordé plus de 5,3 millions de dollars à l’Educational Resources Impact Fund LP « Pour accélérer les projets clés de R&D pour les développeurs et les fournisseurs de REL de haute qualité en regroupant les capitaux dans un fonds d’impact de preuve de concept. »

REL est l’abréviation de « ressources éducatives ouvertes », c’est-à-dire du matériel d’apprentissage qui est partagé dans le domaine public avec les enseignants et les apprenants sans avoir besoin d’autorisation ou de licence. Le fonds vient d’être créé en tant que société en commandite le 19 août 2021, et le bénéficiaire de la subvention se trouve à Brooklyn, dans l’État de New York.

Rien de tout cela n’est surprenant, car Bill Gates a financé et mis en œuvre presque seul les normes Common Core en 2010.

Pour être clair, Bill Gates utilise une fois de plus sa fondation comme porte tournante de l’argent frais imprimé pour financer la recherche, les universités, les programmes, la création de commissions, les programmes d’études et les médias pour faire avancer l’agenda SEL à l’échelle mondiale.

Voici une liste d’organisations et d’institutions qu’il a financées pour le programme spécifique SEL, sans compter les millions de subventions liées à l’éducation.

District scolaire d’Auburn #408
Conseil d’administration de l’Université de l’Illinois
City Year
Collaboratif pour l’apprentissage académique, social et émotionnel (CASEL)
Comité pour l’enfance
Common Sense Media
Danielson Group
EL Education, Inc.
Facing History and Ourselves
Federal Way School District #210
Fonds pour la ville de New York
Harvard Graduate School of Education
i-ACT
Kent School District #415
Kingmakers of Oakland
National Equity Project
Fonds national de soutien à l’éducation publique
New Profit Inc.
Bureau du surintendant de l’enseignement public – WA
Peer Health Exchange, Inc.
School’s Out Washington
Université de Seattle
Sound Discipline
The Achievement Network
The Aspen Institute
Transforming Education, Inc.
Tyton Partners Consulting, LLC
Université du Texas à Austin
Fondation de l’Université de Washington
WestEd
Université de Yale

Il suffit de cliquer ici pour voir combien de projets de recherche Gates a financés afin d’établir un argumentaire en faveur du SEL pour les décideurs politiques.

École supérieure d’éducation de Harvard

La Fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que l’Echidna Giving, Einhorn Family Charitable Trust, Funders’ Collaborative for Innovative Measurement (FCIM), Raikes Foundation, Overdeck Family Foundation, Wallace Foundation et William and Flora Hewlett Foundation, ont financé la Harvard Graduate School of Education pour la création de « Explore SEL » qui est un projet du laboratoire Ecological Approaches to Social Emotional Learning (EASEL) qui a été lancé le 22 octobre 2019.

Essentiellement, dans le cadre du « Projet de taxonomie » visant à établir la précision dans le domaine du SEL, ils ont créé un système de collecte de données et de codage de documents pour construire des cadres composés de compétences, de termes et de définitions. Ils ont construit un « système basé sur des preuves pour organiser, décrire et connecter des cadres et des compétences dans le domaine non académique », ce qui est précisément ce que le WEF demandait afin de faire avancer les décideurs politiques dans leur agenda.

Ils ont 35 cadres dans leur base de données, dont 26 sont utilisés au niveau international. La directrice, Stephanie M. Jones, ainsi que tous les membres du WEF, aiment se référer à ces programmes comme à des « interventions SEL ». Mme Jones est également membre du Conseil des scientifiques éminents du NCSEAD de l’Aspen Institute.

Les mots à la mode favoris utilisés tout au long de ce projet sont la diversité, l’équité, l’inclusion, l’identité, la résilience, la race, l’adaptabilité, les valeurs et la conscience des préjugés et des privilèges pour tous.

Certaines des compétences SEL ciblées sont la régulation cognitive, l’autogestion, l’appartenance, la prise de décision responsable, les compétences sociales, les compétences d’employabilité et l’identité.

Chaque cadre se concentre sur des domaines différents de l’apprentissage de l’obéissance.

La terminologie du cadre « Big Five Personality » (La personnalité des cinq grands) comprend la conscience, l’ouverture à l’expérience, le névrosisme / la stabilité émotionnelle, l’extraversion et l’agréabilité.

L’initiative Chan Zuckerberg

Zuckerberg est saupoudré dans l’ensemble de ce rapport parce qu’il a non seulement cofinancé des entreprises dans l’agenda SEL, mais a financé des domaines scientifiques liés au cerveau et aux applications qui sont directement liés à cet agenda, comme couvert dans la partie 3.

Le 30 octobre 2018, l’initiative Chan Zuckerberg a annoncé un investissement de 3,3 millions de dollars à CASEL pour faire progresser le programme SEL, GripTape, Peer Health Exchange et Roses in Concrete Community School.

Le 7 février 2019, elle a annoncé l’octroi d’une subvention de 1,6 million de dollars à Valor Collegiate Academies, basée à Nashville, dans le Tennessee, pour étendre le programme SEL par le biais du modèle de développement de l’étudiant « Compass » afin d’atteindre les étudiants dans les écoles gérées par le district et les écoles publiques à charte dans tout le pays, en utilisant les « Compass Camps ». Par coïncidence, la Carnegie Corporation a financé Valor à hauteur de 1,5 million de dollars en 2017 pour faire passer ce modèle des collèges aux lycées afin qu’il puisse s’étendre à partir de là, et c’est donc Zuckerberg qui paie la facture de cette nouvelle expansion pour l’étendre à tout le pays.

Puis, Carnegie est revenu à la charge pour 2020, après que Valor ait réussi à former 52 partenaires scolaires, desservant plus de 18 000 élèves dans le pays. Le nouveau financement de 700 000 dollars devait permettre d’ajouter des programmes d’enseignement supérieur et de carrière au modèle de l’école secondaire, l’année 2021 marquant la première classe de diplômés de dernière année.


Le 14 octobre 2019, ils ont accordé 400 000 dollars à l’Association des superintendants scolaires (AASA) pour faire progresser le programme SEL. Toujours en 2019, ils ont accordé 245 000 dollars à America’s Promise Alliance pour lancer une campagne visant à alimenter le mouvement sur le bien-être social et émotionnel, et ont accordé 1,5 million de dollars supplémentaires à CASEL pour s’assurer que le programme SEL reflète les dernières découvertes et principes scientifiques, et pour informer une suite de ressources pour les praticiens à l’échelle nationale.

En 2020, ils ont accordé 200 000 dollars à l’AASA pour approfondir le travail SEL dans six districts scolaires publics.

Cela représente près de 6 millions de dollars spécifiquement destinés à l’agenda SEL en seulement trois ans, sans compter les autres subventions à l’éducation qui pourraient techniquement faire avancer cet agenda.

Carnegie Corporation de New York

Le 29 août 2019, la Carnegie Corporation a publié un article intitulé « Social-Emotional Learning : Helping Teens Navigate All of the Things’. Ils parlent de l’importance cruciale du SEL dans les écoles, et mentionnent comment le NCSEAD de l’Aspen Institute a été produit avec leur soutien (600 000 $). Mais l’une des principales conclusions de cet article est peut-être la déclaration sur le développement du cerveau à l’adolescence.

« Une compréhension émergente du développement du cerveau a révélé une remarquable période d’élasticité pendant l’adolescence – presque une deuxième enfance, et une deuxième chance de capitaliser sur les changements rapides pour construire les habitudes d’esprit qui soutiennent un âge adulte prospère. »

Comme mentionné précédemment dans les livres blancs du WEF, les chercheurs de l’ArticuLab de l’université Carnegie Mellon développent des environnements d’apprentissage interactifs pour montrer comment l’intelligence artificielle et l’informatique sociale multimodale pourraient améliorer les compétences cognitives, sociales et émotionnelles.

Quelle est la profondeur du portefeuille de Carnegie dans l’agenda SEL ? Entre 2016 – 2021, la Carnegie Corporation a distribué plus de 11 millions de dollars de subventions à 10 organisations différentes spécifiquement marquées pour le SEL, qui figurent toutes dans la liste des noms de la « liste récapitulative » dans la partie 9 de ce rapport.

Ils ont financé l' »Education Testing Service » à hauteur de 750 000 dollars en 2017, et de 925 000 dollars supplémentaires en 2019. Ces fonds sont allés à l’Institute for Student Achievement (ISA), qui dispose d’un réseau national de plus de 70 écoles nouvelles et en redressement, de 4 000 éducateurs et de 80 000 élèves, après avoir terminé un projet pilote qui a créé une boîte à outils pour les enseignants afin de développer les stratégies non cognitives des élèves en intégrant les SEL dans les classes académiques, pour étendre le pilote à plus d’écoles.

En 2019, les fonds devaient continuer à étendre le SEL dans les écoles, à établir des partenariats, à partager des ressources avec un large éventail de parties prenantes et à informer les politiques liées au SEL en partenariat avec une organisation politique nationale.

Fondation Wallace

La fondation Wallace a des objectifs ambitieux.

En 2016, ils ont entrepris de toucher neuf districts scolaires urbains à Boston, MA ; Dallas, TX ; Denver, CO ; Palm Beach County, FL ; Tacoma, WA ; et Tulsa, OK, en mettant en place une initiative de six ans visant à aligner et à améliorer les pratiques SEL dans les milieux scolaires et extrascolaires, avec l’aide de CASEL, du Forum for Youth Investment, du David P. Weikart Center for Youth Program Quality, de Crosby Marketing Communications et d’autres. Au cours de la période de six ans, 30 000 enfants de la maternelle à la sixième année dans 76 écoles recevront une formation à l’obéissance SEL.

Chaque paire de districts et d’intermédiaires du temps extrascolaire a reçu une subvention partagée comprise entre 1 million et 1,5 million de dollars. Les collectivités locales obtiennent « l’inclusion dans une communauté d’apprentissage professionnelle » et des réunions régulières avec d’autres villes qui participent également à l’initiative. Dans le cadre de l’initiative globale, elles ont collecté des données pour améliorer les systèmes.

Leur espoir était de rassembler (ou de créer) des preuves pour montrer comment le SEL profite aux étudiants, ce qui est réalisé par la Rand Corporation qui produira des rapports publics pour les décideurs politiques et les praticiens. Puis, en juillet 2021, ils ont demandé à Stephanie Jones de Harvard de produire un guide de 25 programmes SEL fondés sur des preuves.

La Fondation Robert Wood Johnson

Il est intéressant de noter que la Robert Wood Johnson Foundation a financé des programmes SEL à hauteur d’un peu moins de 9 millions de dollars, mais elle a commencé bien plus tôt que les autres. Leur premier tour de financement a été attribué à Ashoka pour un montant de 34 482 dollars en février 2012 dans le cadre d’un concours pour trois solutions basées aux États-Unis pour faire progresser le SEL. Ils scrutaient le terrain.

Deux mois plus tard, ils ont accordé une subvention de 1,5 million de dollars à l’Université George Washington pour collaborer avec CASEL afin d’utiliser huit grands districts scolaires comme « laboratoire d’apprentissage pour le domaine », et pour développer une feuille de route sur les flux de revenus étatiques et fédéraux et les opportunités et obstacles réglementaires.

Le mois suivant, ils ont financé CASEL à hauteur de 496 202 dollars pour s’associer au Center for Health and Health Care in Schools, un centre de l’Université George Washington, afin de renforcer les capacités sur le terrain pour la mise en œuvre de programmes SEL.

L’année suivante, en 2013, ils ont commencé à financer le Collège de la santé et du développement humain de l’Université de l’État de Pennsylvanie, à hauteur d’un peu moins de 200 000 dollars, pour commencer à établir et documenter l’impact des programmes SEL sur les résultats que les enfants manifesteront plus tard dans leur vie et les modèles statistiques qui examinent le retour sur investissement.

Toujours en 2013, ils ont financé le New Teacher Center à hauteur de 1,6 million de dollars pour qu’il puisse améliorer ses programmes d’enseignement et y intégrer davantage de contenu SEL, entre autres choses.

Une pause de quatre ans a été observée avant le prochain cycle de financement destiné à faire progresser les programmes SEL. Ensuite, entre 2016 et 2021, ils ont investi 4,7 millions de dollars supplémentaires dans la CASEL, la National Association of State Boards of Education, l’Université d’État de Pennsylvanie et WestEd, en mettant l’accent sur la mise en œuvre de politiques au niveau des États et sur l’introduction du SEL dans les écoles du pays.

En 2017, ils ont réalisé un coup clé. Ils se sont associés à la National Association of State Boards of Education (NASBE), avec une subvention de 500 000 dollars qui leur a permis d’avoir un lien direct avec le réseau de conseils scolaires de la NASBE, afin d’aider les États à promouvoir le SEL par le biais du « cinquième indicateur » de la Every Student Succeeds Act et à insérer le SEL dans les pratiques éducatives via la mise en œuvre de politiques. Ils ont également aidé à la mise en œuvre de messages pour aborder les mentalités des parties prenantes de l’éducation, « plus particulièrement les parents. »

En janvier 2022, Paolo DeMaria, ancien superintendant de l’enseignement public de l’État de l’Ohio, est devenu le nouveau président de la NASBE. Quelle est la position de DeMaria sur le SEL?

En juin 2019, il a écrit une lettre d’une page et demie à tous les parents, familles, soignants, éducateurs et partenaires communautaires de l’Ohio pour leur faire part de son enthousiasme à propos des nouvelles normes d’apprentissage social et émotionnel de l’Ohio pour les élèves de la maternelle à la 12e année, qu’ils ont « soigneusement élaborées sur une période de 10 mois par les éducateurs, les conseillers et les experts en apprentissage social et émotionnel de l’Ohio pour développer l’enfant dans son ensemble. »

Dans cette très courte lettre, il a utilisé onze fois l’expression « apprentissage socio-émotionnel ». DeMaria a déclaré que chaque district et chaque école décidera pour lui-même dans quelle mesure il utilise ces normes et comment il les utilise, et a fourni un lien vers le site Web du ministère pour plus d’informations, qui a un lien direct avec CASEL.

Le Center for The Economics of Human Development du professeur Heckman, à l’université de Chicago, n’a pas manqué de souligner que la Robert Wood Johnson Foundation a présenté ses recherches sur la petite enfance.

Les prédateurs ne manquent pas

Il est clair, après avoir examiné certains des financements accordés par les grands acteurs de ce programme, que les prédateurs ne manquent pas. Ce qui ne semble pas être clair pour un grand nombre de personnes aux États-Unis, c’est que les mêmes mondialistes qui financent cette formation à l’obéissance psychologique pour l’apprentissage tout au long de la vie, tout en s’attaquant aux enfants, financent littéralement tous les autres programmes majeurs qui sont utilisés pour « réimaginer » et « remodeler » nos vies en supprimant progressivement les libertés chaque semaine.

Corey Lynn

Introduction : Comprendre l’agenda 2030
1 – Programmation
2 – La spiritualité dans les programmes éducatifs
3 – Vision du WEF pour le système éducatif mondial
4 – Département américain de l’éducation et plusieurs agences impliquées
5 – Bailleurs de fonds du secteur privé
6 – Législation et milliards de financements étatiques et fédéraux
7 – Surveillance, exploration de données et score social pour tous
8 – Chronologie, plus de 580 joueurs et conclusion

L’Agenda 2030 en France

En septembre 2015, les 193 États membres de l’ONU ont adopté le programme de développement durable à l’horizon 2030, intitulé Agenda 2030. C’est un agenda pour les populations, pour la planète, pour la prospérité, pour la paix et par les partenariats. Il porte une vision de transformation de notre monde en éradiquant la pauvreté et en assurant sa transition vers un développement durable.



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .

Laisser un commentaire