Idéologies

Croix gammée sur le Tibet: À propos de l’expédition des SS au Tibet et des amis nazis du Dalaï-Lama

Un livre de Albert Ettinger.

Même si le Tibet a pâli sur les radars médiatiques, remplacé par Hong Kong, le Xinjiang et Taïwan, il reste un abcès de fixation entretenu de l’extérieur sur les flancs du géant chinois. De plus, en ces temps de complaisance obscène envers les nazis d’hier et d’aujourd’hui, le livre « Croix gammée sur le Tibet » mérite sans aucun doute d’être largement diffusé et lu attentivement.

Voir sur Amazon

C’est un petit livre de 110 pages qui risque de provoquer quelques remous dans les milieux de la tibétologie hexagonale, spécialement au sein de l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) dont quatre représentantes éminentes, à savoir Françoise Robin, Anne-Marie Blondeau, Katia Buffetrille et Heather Stoddard, sont ici accusées ni plus ni moins de révisionnisme historique, voire de négationnisme.

L’auteur de l’ouvrage n’est autre que le chercheur Albert Ettinger, dont les habitués du site ont déjà pu apprécier la riche documentation et la rigueur intellectuelle. Outre son ouverture d’esprit et sa parfaite connaissance notamment du français et de l’anglais, le Luxembourgeois Ettinger, par sa maîtrise de l’allemand, est en prise directe sur le monde germanophone, largement snobé par l’intelligentsia française. Son dernier opus est d’ailleurs la version française, légèrement actualisée par rapport à l’édition originale en langue allemande.

Parmi les auteurs qu’il cite abondamment on trouve les noms de Wolfgang Kaufmann, Gerald Lehner, Peter Meier-Hüsing ou Michael H. Kater, dont notre quatuor parisien n’a peut-être jamais entendu parler. Se pourrait-il qu’elles n’aient jamais vu non plus les documents photographiques reproduits dans le livre, pour la plupart extraits des Archives fédérales allemandes?


Dans leur « réponse sur les liens entre le dalaï-lama et les nazis » publiée dans Libération du 06/05/20088, les dignes représentantes de l’INALCO n’hésitent pas à traiter de « théorie du complot » la mise en lumière des liens d’amitié pourtant évidents entre l’Allemagne nazie et les dignitaires tibétains, parmi lesquels Reting Rinpoche, qui fut régent du Tibet de 1934 à 1941, et … le 14e dalaï-lama, né en 1935, icône du « monde libre » et Prix Nobel de la Paix.

Par un tour de passe-passe intellectuel, elles nient purement et simplement le caractère nazi de l’expédition allemande de 1938-1939 au Tibet en la présentant comme purement scientifique et en ne voulant voir en son chef, le Sturmbannführer Ernst Schäfer, qu’ « un brillant zoologue et chercheur allemand » alors qu’il était un SS de la première heure.

Entré dans l’organisation le 1er novembre 1933, donc peu après la prise de pouvoir d’Hitler, il s’est engagé par écrit à mener sa mission « dans l’esprit de la Schutzstaffel et du Reichsführer SS » et à transmettre ses résultats scientifiques à l’Ahnenerbe de sinistre mémoire. En 1943, il a parachevé sa carrière nazie en étant promu directeur du Reichsinstitut Sven Hedin pour l’exploration de l’Asie centrale affilié à l’Ahnenerbe de Himmler.

Comment nos illustres tibétologues de l’INALCO peuvent-elles ignorer qu’Himmler en personne reçut les explorateurs en partance pour l’Asie au cours d’une réception officielle le 11 avril 1938 et que l’expédition a été financée par l’élite des industriels nazis, comme les entreprises pharmaceutiques Merck, Bayer et Boehringer et la IG Farben Industrie spécialisée dans la production de carburant synthétique et du Zyklon B utilisé pour gazer les victimes des camps de la mort?

Plus fondamentalement, Mmes Robin, Blondeau, Buffetrille et Stoddard semblent ignorer que, comme pratiquement tous les scientifiques allemands qui se sont mis au service du régime nazi, Schäfer considérait le « concept de race » comme « une clé très opportune » de la connaissance et qu’il fallait impérativement « inclure la découverte révolutionnaire de l’inégalité [raciale] des hommes dans chaque discipline scientifique ».

Un tel manque d’esprit critique et un tel mépris pour des faits établis par l’historiographie moderne sont pour le moins étranges dans le chef d’universitaires reconnues comme telles. Ils ne peuvent s’expliquer que par la volonté de laver plus blanc que blanc non seulement le Tibet d’Ancien Régime mais aussi le dalaï-lama et son cortège d’adeptes inconditionnels.

Ces dames de l’INALCO semblent donc considérer comme un détail de l’histoire le fait que, dans leur obsession à hiérarchiser les races humaines, les Nazis se sont intéressés au mystérieux Tibet, persuadés d’y découvrir d’anciens immigrants nordiques, des conquérants féroces qui devaient avoir du sang aryen dans les veines.

Pour mener à bien ce projet démentiel, Schäfer a suggéré à Himmler d’adjoindre à son équipe Bruno Beger, le distingué raciologue correspondant parfaitement à l’idéal nazi par sa chevelure blonde et ses qualités sportives.

Un Bruno Beger qui allait s’illustrer plus tard en sélectionnant, à Auschwitz, 89 prisonniers juifs qui furent gazés au camp alsacien de Natzweiler-Struthof pour que leurs squelettes servent comme exemplaires d’exposition dans le « cabinet de curiosités » antisémite projeté par le professeur August Hirt de l’université de Strasbourg. Sans doute le stage de Beger au Tibet a-t-il dû constituer une étape significative dans son parcours criminel : la couverture du livre d’Albert Ettinger le montre en train de prendre des mesures anthropométriques sur un Tibétain.

Si l’expédition nazie (qui avait aussi pour but de contrecarrer l’influence britannique en Asie) a pu si facilement s’organiser dans un Tibet réputé fermé aux étrangers, c’est grâce à l’accueil chaleureux que lui a témoigné l’élite tibétaine, partageant avec le nazisme des sympathies politiques et des intérêts communs. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que, pendant toute la durée de la 2e Guerre mondiale, le Tibet a gardé une soi-disant « neutralité » qui a servi en fait les impérialistes japonais, principaux alliés d’Hitler dans leur tentative de conquérir et d’asservir la Chine. Mais, manifestement, ces réalités géopolitiques indubitables ne pèsent pas lourd chez nos spécialistes du Tibet tout entières dévouées à entretenir le mythe de la Terre pure.

Le manque d’esprit critique des dames de l’INALCO laisse rêveur. Elles vont jusqu’à faire écho aux élucubrations d’Isrun Engelhardt présentée par le lobby international Free Tibet comme « la plus grand experte en la matière » alors qu’elle prend pour argent comptant les allégations mensongères que Schäfer a proférées pour sa défense au Procès de Nuremberg…


Autre « expert » qui a tout pour plaire aux tibétolgues hexagonales : Detlev Rose, auteur d’un article négationniste sur « l’expédition allemande au Tibet », publié dans une revue trimestrielle d’une maison d’édition spécialisée dans la négation des crimes nazis…

Et dans leur zèle à épargner le dalaï-lama, elles font comme si Heinrich Harrer, qui fut son précepteur et est resté son ami jusqu’à sa mort, n’était qu’un inoffensif alpiniste, alors que lui aussi était un nazi convaincu comme l’établissent de manière incontestable les recherches et les révélations de l’Autrichien Lehner en même temps qu’une lecture attentive de la version originale, allemande, de son bestseller Sept ans au Tibet : Ma vie à la cour du dalai-lama (paru en France dans une édition abrégée, allégée et épurée sous le titre racoleur Sept ans d’aventures au Tibet.)

Nos universitaires françaises préfèrent épouser les thèses du biopic de Jean-Jacques Annaud (avec Brad Pitt en vedette), alors que ce film n’est qu’une version romancée et falsificatrice de l’histoire, baignant dans le culte de l’ « Océan de Sagesse » largement répandu et financé par l’ICT (international Campaign for Tibet).

Quand on referme l’ouvrage d’Albert Ettinger à la fois érudit (220 notes de bas de page) et facile à lire (six chapitres aérés par des intertitres), on se demande quelle sera la réaction des célébrités parisiennes mises en cause, voire de l’INALCO, cette prestigieuse institution hébergeant un quatuor qui joue faux.

Présentation du livre par l’éditeur

Dans le but de défendre l’idole du « monde libre » qu’est le 14 dalaï-lama, des journalistes et universitaires occidentaux se sont donné beaucoup de mal pour occulter aussi bien ses liens d’amitié avec d’anciennes personnalités nazies que les relations entre l’ancien Tibet et l’Allemagne nazie nouées lors de l’expédition SS au Tibet en 1939.

Pourtant, l’« Océan de Sagesse » n’avait aucun problème de s’afficher avec son ami et « précepteur » Harrer ou avec Bruno Beger. Le 13 septembre 1994, par exemple, les anciens officiers SS Beger et Harrer faisaient partie des huit personnes invitées par le dalaï-lama à Londres pour attester officiellement l’indépendance du Tibet d’avant 1951. La photo prise lors de cette rencontre demeura pendant plus de dix ans sur le site internet officiel du « gouvernement tibétain en exil ».

Dans un texte publié par celui-ci qu’on peut toujours trouver sur internet, Beger, l’ancien chef du département de raciologie au sein du SS-Rasse-und-Siedlungshauptamt, relate son expérience tibétaine en évitant soigneusement des expressions comme « Allemagne nazie » ou « race des seigneurs ». Au lieu de cela, il déplore l’« horrible carnage de la part des communistes chinois » et exprime son « grand espoir » qu’en fin de compte, « le mouvement mondial pour la liberté » forcera la Chine à accepter l’« indépendance » du Tibet.

Voilà le raciste et criminel de guerre nazi Bruno Beger mué en philanthrope et en combattant de la liberté authentifié par le dalaï-lama en personne…



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .

Laisser un commentaire