Corps Énergétique

La guérison du corps causal

Guérir le corps causal c'est aussi guérir le corps mental supérieur et l'accès à l'intuition.

Le corps causal est le corps en lien avec le plan vibratoire des mémoires, avec le subconscient, on le relie à vishudda chakra, le chakra de la gorge, et à la couleur bleu vert. Il revêt une importance capitale car c’est lui qui est en charge de l’apprentissage par l’expérience. Le corps causal regroupe nos croyances et nos expériences passées, qu’elles soient positives ou négatives, que ce soit dans cette vie-ci ou celles de vies antérieures.

Corps causal et Karma

Le corps causal est en charge de notre karma et par conséquent notre évolution. C’est pour cela que vous pourrez le retrouver également sous le nom de corps karmique. C’est en le régulant que nous transcendons les étapes choisies par notre âme lors de notre incarnation. Le réguler égale à se défaire de croyances et mémoires négatives et limitantes, et à être en paix vis-à-vis de notre karma.

Le corps causal vibre sur le plan vibratoire des mémoires, c’est pour cela qu’on accède par son biais à un grand nombre de mémoire. Pour vous donner une vue d’ensemble, voici ce qu’il regroupe:


Nos mémoires passées : c’est tout ce que vous avez vécu dans le passé de cette vie-ci. C’est pour cela qu’un des points pour réguler le corps causal est de travailler sur son enfant intérieur, ses blessures, ce qu’il n’a pas pu exprimer, etc… C’est aussi en grande partie sur ces mémoires passées que les tendances de votre ego se sont construites (mais pas que). Travailler à réguler ses mémoires c’est travailler les blessures de l’ego.

Nos mémoires karmiques : les, mémoires d’autres vies qui seront la grande majorité du temps complètement inconscientes. Le corps causal subsiste au fil de vos incarnations, et permet à votre âme d’avoir ses bagages de mémoires pour évoluer dans une nouvelle incarnation. Plus l’esprit évolue dans le mental supérieur, plus il capte des informations de ces mémoires, mais en général. Pour ne pas être trop perturbé par toutes les mémoires de vies antérieures, on a l’intervention de l’inconscient qui va nous empêcher d’accéder à tout cela.

Nos mémoires transgénérationnelles : ce sont les mémoires de vos ancêtres. Que ce soit de vos parents, grand-parents, arrière grand-parents. Toutes ces mémoires sont imprimées dans vos cellules et participent pleinement aux tendances que vous allez avoir dans votre vie. Ce sont des mémoires qui ne nous ont pas touchés personnellement dans notre vie, mais elles sont imprégnées dans nos cellules. Ces mémoires transgénérationnelle ne vous affectent pas forcément, ou en tout cas pas systématiquement avec une grande intensité.

Les mémoires dites de l’inconscient collectif : c’est les mémoires de l’humanité. On aura tendance à prendre les caractéristiques du rôle qu’on a d’assigner en fonction de ce qu’on est à l’échelle humaine. Par exemple quand on est femme, on a ces mémoires collectives de servitude, celle qui soigne, qui nourrie, c’est pour ça que les femmes vont plus naturellement prendre le rôle de celle qui soutient, en retrait, qui s’occupe d’autrui. C’est pas un rôle que vous choisissez. Mais ce sont des mémoires si ancrées dans l’inconscient collectif qu’on a tendance à prendre le rôle associé à notre statut.

On a toutes ces mémoires, qu’on les accepte ou non, elles sont là. A nous évident d’en prendre conscience et de s’en défaire pour ne pas rentrer dans le jeu de rôle qu’on nous impose de part notre place dans l’humanité.


La grande majorité des mémoires sont dans notre inconscient

L’inconscient c’est tout ce qui n’est pas visible dans notre champ de conscience. L’inconscient regroupe:

  • des informations sans intérêt que le mental neutre traite et se déleste
  • des informations camouflées par notre ego, dans le but de nous protéger, par exemple des blessures, des traumas.
  • des informations que notre esprit ne peut pas encore capter ou n’est pas encore en mesure de capter. Vous captez des informations selon votre champ et niveau de conscience. Et certaines informations sont là mais ne sont pas encore accessibles par votre conscience parce que vous n’êtes peut-être pas encore prêt à traiter cette information.

Harmoniser le corps causal

Un corps causal déséquilibré vous amène à répéter des schémas de pensée, des schémas familiaux, relationnels parce qu’il y a des croyances limitantes et des mémoires ancrées même inconsciemment : par exemple si vous avez des mémoires d’adultères, votre mère en a subi ou pour vous dans votre inconscient les hommes sont infidèles, il se peut que vous allez chercher inconsciemment des situations qui vont venir confirmer ses mémoires.

Le corps causal entretient des traumas et des blessures donc il influe sur votre ego. Il s’agit donc de transcender toutes ces mémoires, pour évoluer, grandir accéder à son vrai Soi, dénué de toutes ces limitations.

Votre âme est venue vivre cela, elle l’a choisie pour vous faire évoluer, toujours dans le but de vous reconnecter à la source. Ce n’est pas pour rien que le corps causal se situe juste avant le corps spirituel et le corps divin….

La communication

Le corps causal est lié au chakra de la gorge, vishuddhi, ou vishudda selon les écoles, et ce n’est pas pour rien. Il s’agit d’oser vous exprimer, d’extérioriser ce qui doit l’être. Quel outil plus efficace que la communication pour délier des croyances, s’ouvrir à d’autres perspectives, affirmer ce que l’on est, vraiment, hors des limitations de l’ego. Ouvrir le dialogue, exprimer votre être profond, travailler l’ouverture de votre chakra de la gorge.

Ce qui peut aider aussi, c’est la libération par le chant. User de sa voix avec des chants (mantras – kotodamas – tserouf). Ici on est jamais dans une performance vocale, on est dans l’expression pure de son être, de sa voix, de son essence, alors n’ayez pas peur d’exprimer votre voix.


Réguler ce qui est à trait au passé

L’enfant intérieur qui représente :

  • les fondements qui ont bercé votre enfance et ont fait de vous la personne que vous êtes aujourd’hui, avec vos forces et vos faiblesse.
  • votre innocence et votre joie, votre pureté et liberté d’esprit, hors des attentes de votre entourage et de la société auxquels vous vous êtes adaptés en grandissant.

Le karma

Réguler son corps causal c’est aussi être dans un aspect positif avec notre karma. Le karma c’est rien de plus qu’une loi de cause à effet, vos actions, que ce soient dans cette vie là, ou dans une autre, ont des conséquences.

Le karma peut donc prendre son origine dans votre passé, dans vos vie antérieures. Cela peut aussi être un karma transgénérationnel, de mémoire de votre famille qui se répète inlassablement. C’est pour ça qu’on dit que quand vous soignez quelque chose en vous, vous soignez en même temps toute la lignée familiale.

Quand une situation karmique a tendance à se répéter, c’est une réminiscence karmique. Pour casser la boucle, il y a deux étapes, qui sont toutes aussi ardues l’une que l’autre :

  • en prendre conscience, c’est déjà pas évident, et c’est possible que quand votre esprit augmente son champ et son niveau de conscience
  • et la mise en action : une réminiscence karmique ne peut être stoppée que si vous pensez les choses, il faut absolument une mise en action

Par exemple : vous avez vécu dans une vie antérieure des événements d’emprisonnement, il peut y avoir cette peur de l’inconnu qui se manifeste dans cette vie-ci, la peur des grands espaces, la peur d’explorer, et le tout pour réguler ce karma c’est d’aller oser explorer l’inconnu, de vous ouvrir à des espaces que vous ne connaissez pas, petit à petit.

Pardonner

Le pardon va réellement vous alléger de charges émotionnelles déjà, mais aussi réguler des mémoires qui assombrissent votre ciel. Il faut garder en mémoire que pardon = libération. Pardon à vous-même, pardon aux autres.

Réguler l’ego

Dernier point pour équilibrer votre corps causal est de réguler l’ego. L’ego c’est votre programme interne de survie, qui cherche à prouver la légitimité de notre existence par tout un tas de stratagème qui finissent, au final, par nous éloigner de nos aspirations d’âme.

Le Yoga


Travailler avec des postures qui vous ouvrent à la communication, à la libération du chakra de la gorge. Bujanghasana, la posture du cobra, mastyasana, la posture du poisson, dhanurasana, la posture de l’arc.

Attention si vous avez les cervicales sensible ou si vous faites de l’hyperthyroïdie, ces postures ne sont absolument pas conseillées. Si au contraire vous chercher un stimulation des glandes endocrines, ce sont de supers postures, qui travaillent évidemment sur le chakra de la gorge.

Ancienne Égypte

L’initié égyptien prend conscience des neuf éléments essentiels de l’être :

  • le corps [djet], image matérielle du grand corps céleste ;
  • le ka, dynamisme créateur ; [l’âme],
  • le ba, possibilité d’incarner le divin sur cette terre ;
  • l’Ombre [shut], reflet de la vérité ;
  • l’ akh, lumière de l’esprit ;
  • le Cœur [ab], siège de la conscience ;
  • le sekhem, puissance de réalisation ;
  • le Nom [rèn], vérité ultime de toute création ;
  • le sakh, corps spiritualisé. (…)

Nous pouvons considérer le ka comme correspondant au corps double éthéré, le ba au corps astral, le shut (l’ombre) au corps mental supérieur ou corps causal.

Le shut ou Khaibit (ombre), est un des éléments constitutifs de l’être humain selon la croyance des anciens Égyptiens. Cet élément ne pouvait être dissocié du corps et sortait au jour une fois le corps momifié mis au tombeau. L’Ombre (shut) était illustrée comme étant noire et nue, elle se tient debout devant la tombe. Près d’elle volette le bâ sous l’apparence d’un oiseau à tête humaine.



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .



Tirage gratuit des Tarots

Articles similaires

Laisser un commentaire