Voyage TemporelVidéo

Les conséquences dramatiques du premier « Projet de voyage temporel »

Le Projet RAINBOW ou Expérience de Philadelphie

L’expérience de Philadelphie, autrement connue sous le nom de « Projet RAINBOW » (Projet Arc-en-ciel), a été longtemps un sujet de controverse et de débats passionnés. C’était une tentative lancée avant la guerre, par la marine Américaine, pour tenter de faire un bateau qui ne pourrait pas être détecté par les mines magnétiques et aussi indétectable par les radars.

On parle aussi d’une tentative d’invisibilité et d’une expérience « multi-dimensionelle », mais c’est l’expérience elle-même qui amena en fait ces résultats. Ils n’étaient pas attendus du tout par les scientifiques qui en furent les premiers surpris. Sinon, ils n’auraient pas fait l’expérience dans un port, presque « en public », si l’on peut dire.

Les résultats de ces expériences sont devenus très différents et beaucoup plus dangereux que ce que les scientifiques de la marine avaient prévu.

Bien que l’histoire elle-même semble trop bizarre pour être vrai, beaucoup trop de coïncidences ont eu lieu, pour penser qu’elle doit être fondée sur une certaine vérité. Les données techniques qui ont été également présentées sur le sujet détiennent des bases scientifiques beaucoup trop élevées pour être ignorées. Beaucoup des histoires associées à cette expérience ont débutées par des rumeurs:

« pendant un temps, pendant des mois ont circulé des rumeurs d’hommes voyageant à travers le temps, et des histoires horribles des hommes coincés dans les cloisons ou même dans le plancher du navire lui-même », se souviennent des marins de l’époque.

L’histoire du Projet Rainbow

Dans les années 30, Nikola Tesla se retrouva intégré (seulement à titre de consultant et pendant une courte période), dans un groupe de chercheurs pour expérimenter le déplacement à travers le temps et l’espace. Et à la même période, l’Université de Chicago a étudié la possibilité d’invisibilité grâce à l’utilisation de l’électricité.


En 1939, ce projet a été déplacé au Princeton Institut for the Scinces and Technology of Material, qui n’est pas loin de Philadelphie. Là, ils ont réussi à rendre de petits objets invisibles. Ils ont présenté cette technologie au gouvernement. Les militaires, parce que c’était la guerre, voulurent la préserver pour leur utilisation personnelle.

Tesla est parvenu à la même conclusion qu’Einstein, qui est que cette technologie si elle est développée ne serait pas utilisée pour le bien et le bénéfice de l’humanité.

En 1943, le gouvernement a mené un essai sur les animaux domestiques sur un bateau. Le navire qui a finalement été utilisé pour l’expérience, le « USS Eldridge », est arrivé des chantiers navals de New York (un escorteur de l’US Navy, voir la photo ci-dessous). Le 12 août 1943, les animaux ont été placés dans des cages de métal sur le USS Eldridge. Le navire est devenu invisible mais quand il s’est matérialisé de nouveau, beaucoup d’animaux étaient portés disparus et les autres avaient subi un fort champs électrifié avec des marques de brûlures sur eux. Il fût décidé que ce ne serait donc pas testé sur les humains.

Pourtant, l’USS Eldridge, avec un équipage complet à bord aurait subi l’expérience de Philadelphie. Les hommes ne savaient pas ce qui allait se passer. Les générateurs ont démarré. Les commutateurs ont été enclanchés. Le navire a disparu et tout semblait bien se produire « normalement ».

L’expérience tourne mal

Toutefois, malgré une incertitude sur la date exacte, l’expérience aurait bien eu lieu le 28 octobre 1943. Des preuves substantielles indiquent la date d’octobre comme étant la plus précise. La Marine a publié le journal de bord du Eldridge et le journal de route et à aucun moment, il n’y est mentionné que le Eldridge se trouvait à Philadelphie. Cependant, ces documents auraient pu être facilement modifiés.

Dans le journal de route de l’Eldridge on peut lire:

« L’Eldridge est resté à New York et le Long de Island Sound jusqu’au 16 septembre, jour où il l’a quitté pour les Bermudes. Du 18 septembre au 15 octobre, il a participé à des manoeuvres et des essais en mer. Le 18 octobre, il a été rattaché à un convoi en partance pour New York et y resta jusqu’au 1er novembre. Les 1er et 2 novembre, il est allé avec un convoi en direction de Norfolk et le 3 novembre, vers l’est escortant un convoi vers Casablanca. L’Eldridge est arrivé à Casablanca le 22 novembre et y resta jusqu’au 29 novembre, quand il partit pour New York à nouveau dans un autre convoi. L’Eldridge est arrivé à New York le 17 décembre. Du 17 décembre au 31 décembre, il s’est rendu à Norfolk avec quatre autres navires. »

Même si ce n’est pas le journal de route en intégralité, c’est le passage du journal du navire concernant la période pendant laquelle l’expérience a eu lieu (28 Octobre). Il semblerait, d’après les documents officiels, que la Marine n’a jamais fait des expériences sur l’Eldridge…

Mais le gouvernement a été bien-sûr appelé à couvrir cette expérience à cause de la guerre et de la sécurité nationale. Un exemple identique d’une telle opération secrète, serait le « Projet Manhattan ». Ce projet couvrait la construction de la bombe atomique et pas un mot n’a été dit (officiellement) à ce sujet jusqu’à l’utilisation d’une bombe atomique.

La Marine, à la recherche d’une réponse plausible, a suggéré que peut-être l’expérience de Philadelphie aurait été confondue avec des expériences faites pour tenter de rendre les navires indétectables aux mines magnétiques. Ce fût un processus en effet connu sous le nom de « démagnétisation ».

Mais le navire avait disparu du port de Philadelphie pendant environ 4 heures, et pas seulement quelques minutes.

La légende veut que le navire a été transporté à travers l’espace et le temps. Et serait apparut quelques minutes dans le port de Norfolk. Il se serait produit un genre d’arc électrique avec une connexion à l’espace-temps. Quatre heures plus tard il réapparut à sa place initiale, à Philadelphie. Il y avait une brume verdâtre sur le pont. Certains des marins étaient en feu. Certains étaient en plein délire. Tous ont été malades. Certains avaient des crises cardiaques. Certains étaient morts. Certains faisaient partie de la superstructure du navire, ils avaient fusionné avec lui, « emmurés » dans le pont ou dans les parois du navire. Certains rapports ont indiqué que des hommes semblent avoir disparu et n’ont jamais été revus.

Mais où était le navire pendant les 4 heures de sa disparition?

Certains témoins l’ont indiqué dans le port de Norfolk. D’autres disent qu’il aurait voyagé à 40 ans dans l’avenir pour réapparaitre, pendant quelques instants à New York. (Il se serait produit une « boucle temporelle », entre 1943 et 1983, dû à une nouvelle expérience de l’époque).

La Marine a tout nié et affirmé que ces hommes ont été perdus en mer. Peut-être qu’un jour la vérité sera connue sur les conditions de leur fin.


Une nouvelle expérience et un témoin

La marine a effectué une nouvelle expérience avec la centrale électrique navale de Timmerman USS dans les années cinquante. Avec cette expérience ils auraient tenté d’obtenir 1000 Hz au lieu de la norme de 400 Hz du générateur. Elle a abouti à des jets de lumière.

Ces grandes décharges de lumière ont été vues par Carlos Miguel Allende et l’a amené à commencer à écrire des lettres aux hommes éminents de la communauté scientifique. La marine estime que Allende a confondu l’expérience de la Timmerman avec l’expérience de Philadelphie. (Alors qu’ils affirment que l’expérience de Philadelphie n’aurait jamais eu lieu. Vous voyez un peu la contradiction !).

Carlos Miguel Allende, également connu sous le nom Carl Allen, est né le 31 mai 1925 dans une petite ville de la Pennsylvanie. Le 14 juillet 1942, Allende a rejoint le Corps des Marines et a été libéré le jour 21 mai 1943. Il a ensuite rejoint la marine marchande et a été affecté au « Furuseth SS Andrew ». C’est sur ce bateau qu’il a témoigné avoir assisté à la disparition de l’Eldridge.

L’histoire d’Allende était bizarre, il a déclaré qu’il avait assisté à la disparition instantanée du navire dans le port de Philadelphie, pour le voir revenir, quelques minutes plus tard. Après des recherches sur la question, il a eu vent d’événements extrêmement étranges associés au projet et a écrit un résumé de ses connaissances nouvellement acquises dans une lettre au Docteur K. Morris Jessup.

Le Dr Jessup est un astronome et Allende avait assisté à l’une des conférences de Jessup. Ayant apparemment du respect pour l’homme, il s’est décidé à confier à M. Jessup, ses connaissances sur « l’expérience de Philadelphie ». Les lettres ont été écrites bizarrement: avec une alternance de majuscules/miniscules, une ponctuation bizarre, et des soulignages situés un peu partout. Les lettres étaient également écrites en utilisant plusieurs couleurs différentes.

Dans ses lettres, Allende a révélé les détails horribles de l’expérience de Philadelphie à Jessup.

Etant donné que Jessup était intéressé par les phénomènes bizarres, il n’a pas rejeté entièrement les idées qui lui étaient présentées. Jessup écrira à Allende pour demander de nouvelles informations. L’adresse de retour sur la lettre n’avait jamais existé selon la poste Américaine, mais Allende reçu malgré tout la réponse de M. Jessup. Allende a répondu avec des lettres plus détaillées, mais la correspondance a finalement était interrompue parce que le Dr. Jessup finit par croire à un canular.

Pendant le temps de la correspondance d’Allende avec Jessup, ce dernier avait tout récemment publié son livre intitulé « The Case for OVNI ». Après qu’Allende eu écrit à Jessup, ce livre a été envoyé au Département de la marine avec des notes manuscrites à l’intérieur du livre. Les notes étaient de la même écriture que les lettres envoyées à Jessup et, finalement, le Dr Jessup fût invité par la Marine pour consulter les notes.

Le Dr Jessup reconnut l’écriture immédiatement, mais il a été quelque peu étonné, comme il en avait conclu précédemment que, d’après-lui ce n’était qu’un canular pour le duper. Les notes dans le livre étaient plus détaillées que dans les lettres et très pertinentes, et le Dr Jessup finit par les croire et effectua des recherches sur la question. Malheureusement, le Dr Jessup ne trouva pas de nouvelles pistes, mais il découvrit tout de même certaines choses.

Un autre témoin apparait

Deux membres d’équipage marchaient tranquillement dans un parc, quand un homme à l’air complètement hagard s’approcha d’eux. L’homme leur raconta l’histoire d’une expérience menée lors de laquelle la plupart des membres d’équipage sont morts ou ont souffert d’effets secondaires terribles. Il leur dit que le gouvernement a alors dit que l’équipage survivant était fou de sorte que quand ils chercheraient à raconter leur histoire, ils seraient simplement rejetés comme un groupe de gens dérangés, qui auraient concocté une histoire pour faire un canular.

Après la conversation, un des deux marins était convaincu et l’autre n’était pas fou. Finalement, celui qui avait été convaincu prit contact avec le Dr Jessup et lui raconta l’histoire. Même s’il s’agissait d’une petite partielle de piste, Jessup ne donna pas suite à cette histoire. Il avait trouvé que sa réputation dans la communauté scientifique ne faisait que s’aggraver.

A la surprise générale, le Dr Jessup s’est finalement suicidé le 20 avril 1959. Certains pensent que son suicide était en réalité un assassinat par des agences gouvernementales pour maintenir le secret sur les résultats de l’expérience.

Malheureusement pour le Dr Jessup, un indice majeur arriva trop tard, peu de temps après sa mort. Cet indice était un homme du nom d’Alfred D. Bielek.


Encore un nouveau témoin, et une histoire encore plus étrange

Son histoire est encore plus bizarre que celle d’Allende.

Bielek affirme qu’il a voyagé dans le temps, pour aller vers l’avenir et qu’une fois revenu, qu’il aurait été « reconditionné mentalement » par la Marine.

Ce lavage de cerveau l’aurait amené à croire que son nom était Alfred Bielek, plutôt que de son vrai nom, Edward Cameron. Lors de la découverte de sa véritable identité, il a retrouvé son frère qui avait également participé à l’expérience.

Inutile de dire que seul un petit groupe de gens croient Bielek et presque tout le monde pense que ses histoires sont basées sur une certaine vérité, mais qu’il exagère la vérité pour des raisons personnelles. Cette opinion semble s’être renforcée lorsque Bielek commença à se souvenir de certaines choses après avoir vu le film « The Philadelphia Experiment » (comme si le film l’avait influencé, mais cela lui aurait peut-être aussi aidé à se souvenir).

Bielek a un Doctorat en physique, alors il ne possède qu’une faible expérience technique. Il est également un ingénieur électricien à la retraite, avec trente ans d’expérience. En raison de son intelligence évidente et de son habileté, son témoignage ne peut pas être complètement écarté.

Bielek a déclaré que la technologie utilisée dans l’expérience de Philadelphie nous a été donnée par des extra-terrestres.

Toutefois, le transistor en germanium, qui a avait été utilisé, selon les dires de Bielek, a été inventé par Thomas Henry Moray.

Bielek a également déclaré que le Dr Albert Einstein, Dr. John Von Neumann, et le Dr. Nikola Tesla ont été impliqués dans le projet.

Une controverse a surgi quant à la participation de Tesla parce qu’il est mort dans la ville de New-York le 7 janvier 1943, ce n’était que deux mois après que l’expérience eu lieu. Mais il fût en fait bien consulté, avant la tentative, pour la préparation de l’expérience. Einstein, d’autre part, a proposé un projet identique à la Marine à plusieurs reprises. Pour cette raison, il était probablement impliqué dans le projet. Quant à Von Neumann, il n’existe aucune preuve réfutant ou favorisant sa participation éventuelle. Il est prouvé, il l’avouera le fait que plus tard, qu’il a bien travaillé sur l’expérience, mais à un autre moment.

Le principe scientifique de l’expérience de Philadelphie

Le principe qui sous-tend l’expérience de Philadelphie était la « Théorie des champs unifiés ».

Cette théorie soutient que la gravité et le magnétisme sont liés, tout comme la masse et l’énergie sont reliés par la formule E = mc2. Einstein n’a officiellement jamais résolu « la Théorie des champs unifiés », mais la nature même de l’expérience de Philadelphie suggère le contraire.

Il est probable que cette théorie est devenue un secret gouvernemental parce qu’elle est capable d’ouvrir des possibilités sur beaucoup de choses, très importantes, comme le voyage dans l’espace sans contrainte de temps ou de lieu. Ou encore plus incroyable, celui du voyage dans le temps.

Dans une recherche de données techniques réelles sur l’expérience, pas beaucoup d’informations peuvent être trouvées qui ne soient pas entachée de doute et de suspicion. La conception de base serait basée sur deux grandes bobines Tesla (électro) apposées de chaque côté de la coque du navire. Les bobines sont activées selon une séquence particulière et leur force magnétique est si puissante qu’elles provoquent un champs magnétique lié à une boucle de gravité perpétuelle. Bielek dit aussi que le 12 août, tous les vingt ans, le champ magnétique de la Terre atteint un sommet et permet la synchronisation avec les bobines Tesla.

L’oscillateur que Bielek prétend avoir exécuter pour les bobines dans un modèle spécial parait fantaisiste à beaucoup de chercheurs, ils croient que c’est exactement ce qu’est l’histoire de Bielek, juste un canular. Bielek lui a donné un nom cependant: le « Générateur de référence du temps zéro ». Les oscillateurs ne se synchronisaient pas avec l’angle de phase réglable et créaient une onde de type scalaire (l’effet Anderson).

Plusieurs scientifiques d’aujourd’hui ont attaqué le témoignage Bielek sur cette question, car ils estimaient qu’un vecteur d’onde aurait été plus efficace et plus probable. Bielek ne précise pas si la puissance utilisée est AC ou DC, pulsés ou en rotation, et ce que sont exactement les micro-ondes et les fréquences radars utilisés. En d’autres termes, Bielek ne donne pratiquement aucune information technique précise qui puisse être utilisée.

Rick Anderson cependant, parait être en mesure de jeter quelques lumières sur le sujet. Il précise que les quatre émetteurs de radiofréquences ont été amenés progressivement à produire un champ tournant. Ce champ a été émis en impulsions à un cycle de 10% duty. Au lieu de deux bobines, il affirme que quatre bobines auraient été fixées sur le pont du navire et seraient dirigées par deux générateurs d’impulsions qui ont été tournés de manière « anti-horaire ». Anderson affirme que les bobines de Tesla devaient utiliser un total de 7500 pieds (environ 240 Km) de fil de bobinage. En raison de cette quantité énorme, personne n’a entrepris de refaire l’expérience en laboratoire ou en privé, le fil serait trop cher et doit être coulé d’une manière particulière (pour cause de l’effet Anderson). D’autres scientifiques croient que la « Résonance Magnétique Nucléaire » aurait un lien avec l’expérience de Philadelphie.

Les causes « scientifiques » des effets secondaires de l’équipage ou « la guerre des hypothèses »

La « Résonance Magnétique Nucléaire » est également connue comme « l’imagerie par résonance magnétique » ou « IRM ». Pourtant, un autre scientifique nommé Alexandre S. Fraser croit que tout le monde se trompe sur les qualités électromagnétique de l’expérience. Il croit qu’elle n’a jamais été faite avec l’électromagnétisme, mais avec des champs thermiques. Ce champ thermique pourrait avoir causé l’effet de « mirage » optique que plusieurs témoins ont rapporté.

Fraser affirme que Allende avait parlé d’un « champs de force », de feu, et d’une vision déformée, qui sont tous des effets d’un champ thermique. Quant à la partie concernant la disparition de l’Eldridge devant leurs yeux, certaines conditions climatiques ont été connues dans l’océan pour provoquer des disparitions inexplicables. Ces conditions météorologiques ont eu lieu le jour de l’expérience.

Pourtant, un autre scientifique estime que les ondes sonores et ultrasonores ont été utilisées. Les ondes sonores pourraient avoir été utilisées pour créer une « couverture aérienne » autour du navire, ce qui est cohérent avec les rapports. Il y a eu beaucoup d’expériences effectuées dans les années quarante avec des ondes ultrasonores de haute puissance, ce qui indique une forte probabilité que l’expérience de Philadelphie était l’une d’entre elles.

Des champs sonores sont connus pour avoir des effets secondaires néfastes sur les êtres humains, cela est également compatible avec les rapports. La brume verte qui a vraisemblablement environnée le navire a été causée par « sonoluminescense excitant l’eau de mer environnante avec des ultrasons puissants, et les phénomènes connexes. »


Le champ ultrasonore aurait causé à l’équipage des évanouissements et faire le voyage de Philadelphie à Norfolk semble ne durer que quelques minutes. Inutile de dire que les aspects techniques de l’expérience de Philadelphie sont un sujet de débat passionné entre les scientifiques et personne ne semble être en mesure de fournir des preuves solides.

Rick Anderson le dit très bien:

« Si les aspects techniques de l’expérience sont vagues et un sujet de controverse, les résultats de l’expérience sont tout aussi vagues. Un fait dont tout le monde semble d’accord est que le champ a été étendu sur de nombreux chantiers, jusqu’à peut-être cent, à l’extérieur du navire et dans l’eau. Tout à l’intérieur de cette sphère devient vague et flou dans sa forme et la seule chose visible était la forme de la coque de l’Eldridge dans l’eau. Ce champ semblait avoir une couleur verdâtre et était brumeux.

Un autre fait sur lequel tout le monde est d’accord précise que l’Eldridge ne fonctionnait pas correctement après l’expérience et est devenue une source d’ennuis. Il y eu de nombreuses pannes et malfonctionements. »

Le dernier point admit par tout le monde et que les effets secondaires terribles se sont bien manifestés sur les membres d’équipage. Cependant, quand on creuse un peu ce sujet particulier, personne n’est d’accord sur des détails précis.

Certains témoins, Allende et Bielek notamment indiquaient que la matière elle-même a été changée et que les hommes étaient capables de marcher à travers des objets solides. Lorsque le champs a été coupé, certains membres d’équipage se sont retrouvés coincés dans les cloisons, d’autres dans le plancher. Certains ont été trouvés avec les grilles du navire bloquées à travers leur corps. C’était un spectacle horrible. Les marins qui racontèrent ces choses furent reconnus prétendument, être devenus fous. Après leur arrestation suite à une descente de la Police Militaire dans un bar, où ils racontaient leur aventure.

Ils avaient raconté à la fille du bar leur histoire complètement folle, et ça l’avait effrayé. Selon Allende, un article de journal a été écrit sur la descente, mais aucune date précise n’a été nommée, et l’article n’a pu être retrouvée.

Les effets secondaires se poursuivent, bien après l’expérience

La plupart des membres de l’équipage étaient devenus fous, mais quelques uns avaient conservé leur esprit.

Et, suite à un sérieux de-briefing, ils reprirent leur vie. Mais beaucoup subirent des effets, encore longtemps après l’expérience. Un homme était assis pour dîner avec sa femme et son enfant, mais alors qu’il se levait de table, ils le virent se promener à travers le mur, et n’a jamais été revu. Deux autres ont tout simplement disparu et n’ont également jamais été revus. Un autre membre d’équipage a disparu au milieu d’un combat, au grand étonnement de l’équipage. Les trois incidents ont eu plusieurs témoins.

Pourtant, les effets secondaires les pires étaient quand les hommes se retrouvaient « figés ». Ils leur arrivaient de devenir invisibles et d’être incapables de bouger, de parler, ou d’interagir avec d’autres personnes pendant une période de temps indeterminée.

Cela a été dit par d’Allende dans ses lettres à Jessup. Un « gel » durait de quelques minutes à plusieurs heures et provoquait des dommages psychologiques, mais ne provoquait pas la folie. Un homme ne sortait de son état figé, « gelé », que si les autres membres d’équipage ne posaient pas leurs mains sur lui pour lui faire reprendre le contact avec notre réalité.

Malheureusement, dans cet instant d’ »imposition des mains », deux hommes qui avaient tenté de mettre la main sur l’homme se mirent à brûler, à petit-feu, pendant dix-huit jours. Les incendies n’ont pas pu être arrêtés, en dépit de multiples tentatives pour éteindre les flammes. L’imposition des mains a été interrompue et interdit à partir de ce moment.

Cela aurait un rapport avec « l’effet Zeeman ». Qui est définit comme un étalement des raies spectrales d’atomes, sous l’influence d’un champ magnétique intense. Les quelques marins restants ont eu des facultés « psychiques » accrues, et ils ont aussi essayé de faire des thérapies, et de l’hypnose, pour s’en sortir, « psychologiquement ».

Malheureusement, ils ont tous été rejetés par la Marine comme mentalement inaptes.

La fin d’un Projet et le début d’un autre

L’expérience de Philadelphie est devenue une saga de phénomènes étranges et de coïncidences particulières.

Il convient de noter que Allende est fermement convaincu que la Marine a complètement ignorer les avertissements concernant les effets secondaires que l’expérience de Philadelphie produirait sur l’équipage.

Un rapport complet de l’expérience a été remis au Congrès et en le lisant les membres en furent si horrifiés qu’ils leur demandèrent de démanteler le projet immédiatement.

Cependant, la recherche se poursuivit par le biais du Projet Montauk, qui était dirigé par Dr. John Von Neumann, qui a également travaillé sur l’expérience de Philadelphie.

Cette histoire est remplie de questions qui ne seront probablement jamais élucidées. Les seuls pouvant apporter des réponses étant les personnes concernées qui ont vécu ces événements.

Aujourd’hui, qu’est devenu l’Eldridge?

Des rapports disent qu’il fût ensuite revendu à la Grèce et rebaptisé « Léon ». Un homme du nom de George N. Pantoulas soutient qu’il a été donné comme aide militaire des Etats-Unis à la Grèce entre la fin des années quarante ou au début des années cinquante et qu’il aurait servi dans la marine Grecque jusqu’en 1990 et ne serait plus en activité aujourd’hui. Il est supposé mouiller dans la station navale de Souda Bay en Crète.

George a dit qu’il a visité le navire. Il a vu des fils étranges qui n’aboutissent nulle part. Il dit aussi que les hommes de l’équipage Grecque qui servirent à bord du navire se sentaient étranges par moment et ont eu à plusieurs reprises des hallucinations, quand ils servaient sur le bâtiment.

Vidéo ci-dessus : L’expérience de Philadelphie – Documentaire complet



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .

Laisser un commentaire