ADN

Les sosies partagent une génétique et des comportements similaires

Les gènes responsables des traits du visage peuvent également influencer le comportement.

Un photographe collectionne des images de « sosies » humains depuis plus de 20 ans. Repérant une opportunité, les scientifiques ont recruté plusieurs d’entre eux pour participer à une étude. Les volontaires ont fourni des échantillons d’ADN et ont répondu à des questions sur eux-mêmes. Les chercheurs ont découvert que les humains qui se ressemblent ont des profils génétiques similaires et affichent même des comportements similaires, comme le tabagisme.

Une nouvelle étude menée par des chercheurs espagnols montre que les « sosies » humains qui ont des traits faciaux similaires ont également tendance à partager de nombreuses similitudes génétiques, ainsi que certains attributs de style de vie. La recherche, publiée dans la revue Cell Reports, donne un aperçu des mécanismes génétiques moléculaires qui contribuent à la construction du visage. Les auteurs disent que ces découvertes pourraient éventuellement être appliquées à la médecine légale, en permettant des prédictions de la structure faciale à partir de l’ADN.

L’expérience

Ricky Joshi de l’Institut de recherche sur la leucémie Josep Carreras à Barcelone et ses collègues ont recueilli des portraits de 32 paires de sosies non apparentés à partir des photographies de l’artiste canadien François Brunelle , qui collectionne des photographies de sosies depuis 1999.


Joshi et ses collègues ont utilisé trois algorithmes de reconnaissance faciale différents pour analyser les photographies afin de déterminer les similitudes entre chaque paire. Vingt-cinq des paires ont été classées comme étant «très similaires» par au moins deux des algorithmes, et la moitié ont été appariées par les trois, avec des scores comparables à ceux de vrais jumeaux. Ils ont ensuite contacté toutes les personnes figurant sur les photographies qu’ils avaient choisies et leur ont demandé de remplir un questionnaire sur leur mode de vie et de soumettre un échantillon de salive. 

Les chercheurs ont extrait l’ADN des échantillons de salive et l’ont analysé de trois manières différentes : Ils (1) ont comparé le génome de chaque participant en cartographiant plus de 4,3 millions de variantes génétiques appelées polymorphismes nucléotidiques simples (SNP) ; (2) ont examiné les « épigénomes » des participants en comparant plus de 850 000 sites de modification de l’ADN ; et (3) utilisé le séquençage d’ARN pour comparer les microbiomes des participants. 

Se ressembler, agir de la même manière

Les analyses ont révélé que 9 des 16 paires très similaires partageaient plus de 19 200 SNP dans plus de 3 700 gènes, et que ces similitudes n’étaient pas dues à une ascendance partagée. En revanche, il y avait très peu de similitude dans leurs épigénomes et microbiomes. De plus, ces « ultra sosies » partageaient également des caractéristiques physiques telles que le poids et la taille, ainsi que des habitudes et des comportements comme le tabagisme et le niveau d’éducation, ce qui suggère que les variantes génétiques partagées influencent non seulement l’apparence physique mais aussi le mode de vie.

L’étude est limitée par la petite taille de l’échantillon, qui n’est pas non plus représentatif de la population mondiale. Treize des paires de sosies étaient d’origine européenne, et les trois autres étaient d’origine asiatique, sud-asiatique et hispanique. Pourtant, cela prouve que ceux qui se ressemblent agissent également de la même manière.



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .




Tirage gratuit des Tarots

Articles similaires

Laisser un commentaire