Science des Anciens

Nos ancêtres se faisaient percer le crâne pour accéder à des dimensions supérieures

Depuis des milliers d’années, certaines cultures humaines avaient pour habitude de soigner des maladies en creusant des trous dans leurs crânes. Pourquoi nos ancêtres faisaient-ils cela ? Des tribus d’Afrique centrale aux peuples marins de Polynésie en passant par les médecins médiévaux d’Europe, la trépanation, ou l’art de creuser des trous dans les crânes humains, est courante et fait même figure de traitement médical.

Que ce soit en perçant un trou à l’aide d’un outil appelé « trépan » ou en découpant la chair à l’aide d’instruments tranchants, la trépanation est universelle. Pourquoi donc des gens se perçaient le crâne?

Selon les recherches actuelles, la trépanation était réalisée à des fins médicales. En effet, il s’agit d’une façon assez archaïque de soulager la pression intracrânienne.

Les « médecins » à travers le monde entier, et apparemment de façon totalement indépendantes les uns des autres, réalisent cette opération depuis la préhistoire dans le but de soigner des traumatismes crâniens ou encore des maladies neurologiques.


Bien entendu, à des époques où la médecine se mêlait à la sorcellerie ou à la religion, une certaine aura mystique entoure cette pratique. Ainsi, l’opération permettait pour certains de laisser sortir les esprits des personnes possédées.

Boîte d’instruments de trépanation ayant appartenue au Docteur Vermandois (Joseph Alexis, 1753-1830), maître en chirurgie à Bourg-en -Bresse.

En 1997, des archéologues découvrent un site préhistorique près de la ville de Rostov-on-Don, dans le sud de la Russie, près de la mer Noire. Les chercheurs y découvrent les restes humains de 35 personnes, répartis dans 20 tombes séparées. Le site est daté d’environ 5 000 à 3 000 ans avant JC, ce qui le place dans l’âge de bronze. Une découverte ordinaire si ce n’est qu’Elena Batieva, l’anthropologue en charge du site, y découvre des crânes uniques.

Dans un tombeau commun, deux femmes, trois hommes, un enfant et une adolescente sont découverts avec pour point commun d’avoir le crâne trépané d’une façon peu ordinaire. Les trous de la trépanation se situent au sommet du crâne, grand de plusieurs centimètres. Seul le crâne de l’enfant semblait intact.

Ces trous ont tous été réalisés à un point précis du crâne appelé obélion.

L’ouverture du crâne à cet endroit précis est très dangereux, pouvant causer de très graves hémorragies et s’avérant presque automatiquement létale. Les chercheurs précisent également que moins d’un pour cent des crânes trépanés retrouvés à travers le monde se situent à cet endroit-là.

Encore plus étonnant, seul un autre crâne a été découvert en Russie avec les mêmes séquelles en 1974, justement dans un site assez proche de celui étudié en 1997. Aucun des crânes ne suppose que les victimes de cet acte souffraient de maladie ou de traumatisme, ce qui allait à l’encontre de ce que pensaient les chercheurs.

QUE CHERCHAIENT-ILS À OBTENIR ?

Au moment de la découverte, l’anthropologue doit encore analyser l’ensemble des tombeaux, et doit donc laisser de côté cette découverte intrigante. Elle effectue malgré tout quelques recherches dans la littérature scientifique et découvre que d’autres crânes similaires ont été découverts dans la région, tous datant de la même époque. Cela indiquait que la région aurait pu être un centre de réflexion et d’action autour de la trépanation, notamment à des vues expérimentales ou rituelles comme le montre les cas de trépanation au sommet du crâne.

En 2016, Julia Gresky, anthropologue allemande, aidée d’Elena Batieva et d’autres chercheurs, publie un papier qui fait suite au recherches commencées près de 20 ans plus tôt. On y découvre notamment, selon les indications de Maria Mednikova, chercheuse à l’Académie des Sciences de Moscou, experte de la trépanation, que l’opération aurait servi à réaliser une transformation chez la « victime ». Elle propose l’idée suivante :

Les trépanés souhaitaient acquérir des aptitudes que les membres normaux de la société ne possédaient pas.

De plus, des recherches plus approfondies ont montré que seule une personne sur les cinq crânes découverts en 1997 avaient succombé à l’opération alors que les autres avaient survécu pendant plusieurs semaines pour certains et plusieurs années pour d’autres, l’os ayant commencé à cicatriser.

Si la vérité sur ces trépanations ne sera peut-être jamais découverte, cet acte mystique dans le cadre rituel, fait encore l’objet de fantasmes.

Ainsi, dans les années 60, quelques figures du mouvement de la Beat Generation s’y sont intéressé. Alors que les drogues hallucinogènes rencontraient un certain succès et pouvaient pour certaines ouvrir l’esprit à un monde spirituel, d’autres se sont intéressés à cet acte plus occulte.

Le cas de Joe Mellen restera dans les annales puisqu’il a pratiqué une trépanation sur son propre crâne en 1970. Aujourd’hui âgé de 76 ans, cet homme a raconté son histoire dans un livre publié en 1970 intitulé Bore Hole.


Il raconte comment cette opération a changé sa vie, dans un but bien plus spirituel d’élever son esprit que de simplement vivre dans « un état de défonce permanent » comme il l’explique lui-même.

Mellen explique que le problème que nous avons en tant qu’humains est le scellement complet du crâne,une fois que nous avons atteint l’âge adulte.

Selon Mellen, c’est la nostalgie de l’énergie supplémentaire de la jeunesse qui est à l’origine de l’envie de se défoncer. Il pense que nous planons pour retrouver cet état amusant et jeune que nous avions quand nous étions enfants avant la suppression des artères intracrâniennes lorsque notre crâne s’est scellé.

« L’ego resserre les artères afin de concentrer le sang dans les parties du cerveau dont il a besoin. Mais la partie du cerveau qui domine tout est le système de la parole. Les systèmes de parole comprennent la parole, l’écriture, la lecture, l’écoute, etc. C’est là que vous pensez et comment nous devenons ce que nous sommes. Toute notre action passe par des systèmes de parole et ces systèmes de parole deviennent un tyran, un dictateur – dominant l’activité cérébrale. Il prend le contrôle de notre cerveau au détriment des autres sens.

Les centres de la parole monopolisent l’approvisionnement en sang. Ils ont été les derniers à se développer dans notre évolution, dans le cortex cérébral, loin du cœur. Pour assurer un apport sanguin constant aux centres de la parole, l’ego crée la priorité de la distribution du système de la parole. »

En termes simples, la raison pour laquelle il a utilisé une perceuse sur son propre crâne était de s’élever au-dessus de son ego. Et il semble avoir réussi.



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .

Laisser un commentaire