Idéologies

Pourquoi la gauche doit détruire la liberté d’expression… Ou être détruite

Dans son célèbre ouvrage de 1944, The Road to Serfdom, Hayek mettait en garde contre le fait que les classes intellectuelles et politiques des démocraties de l’époque adoptaient certaines des idées qui avaient inspiré l’Allemagne d’Hitler, l’Italie de Mussolini et la Russie de Staline : planification gouvernementale globale, hyper réglementation de l’industrie, nationalisation, étatisme social et collectivisme en général.

Acheter sur Amazon via ce site

Il n’a cependant pas prédit que ces sociétés finiraient « en servitude », comme certains l’ont prétendu à tort. C’est plutôt le contraire. Dans son premier chapitre, il a clairement indiqué qu’il espérait que les idées du livre aideraient ces pays à éviter ce destin désastreux. Il espérait que les idées du livre feraient barrage sur la route menant à la servitude.

Le onzième chapitre de La route de la servitude s’intitule « La fin de la vérité » et traite de l’impératif historique dans tous les États totalitaires de l’histoire de détruire la liberté d’expression afin que la seule vraie croyance soit « le plan social » imposé par l’État, quel qu’il soit.


Cet objectif est atteint grâce à une propagande et un mensonge institutionnalisés incessants, associés à une censure sévère de toute idée contraire ou même de toute question sur l’opportunité d’imposer par la force un seul « plan social ».

C’est la société américaine d’aujourd’hui, en d’autres termes, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué. (Le socialisme, disait Hayek, a toujours consisté à substituer les plans des politiciens aux plans que tous les citoyens font pour eux-mêmes. Il ne s’agit pas de planifier ou de ne pas planifier, mais de savoir qui doit faire la planification).

L’importance de la propagande dans les pays totalitaires, écrit Hayek, est que « si toutes les sources d’information courante sont effectivement sous un contrôle unique, il ne s’agit plus de simplement persuader les gens de ceci ou de cela. Le propagandiste habile a alors le pouvoir de modeler les esprits dans la direction qu’il choisit… ».

Jeff Deist, parmi d’autres, a déclaré que l’Amérique d’aujourd’hui est devenue une « société post-persuasion » et il a raison, presque quatre-vingts ans après que Hayek ait lancé cet avertissement.

La gauche n’est plus disposée à débattre sérieusement de quoi que ce soit – du moins pour l’instant, tant qu’elle contrôle les universités, les trois branches du gouvernement, les médias, les industries du « divertissement » (au nom risible), etc. Même le stupide prince Harry a publiquement dénoncé le premier amendement dans une tentative pathétique de s’attirer les faveurs des gauchistes d’Hollywood comme sa femme, peu après avoir divorcé de sa famille et s’être installé à Hollywood.

Si vous n’êtes pas d’accord avec leur dernière version du totalitarisme socialiste (« wokisme » couplé à l’hystérie verte et à des appels à la planification centrale mondiale), vous pouvez être annulé, traité de raciste, de suprémaciste blanc, ou même renvoyé de votre emploi et empêché d’en trouver un nouveau.


Les conséquences morales de la propagande totalitaire sont encore plus profondes.

Elle est « destructrice de toute morale » car elle « sape l’un des fondements de toute morale : le sens et le respect de la vérité. » Une avalanche de mensonges officiels a toujours été l’outil de « divers théoriciens du système totalitaire », écrit Hayek, citant les « nobles mensonges » de Platon et les « mythes sociaux » défendus par le philosophe français Georges Sorel.

La fin justifie les moyens mensongers pour les totalitaires du monde entier. À quand remonte la dernière fois où un « porte-parole de la Maison Blanche » n’a pas menti en public ?

Bien sûr, les opinions minoritaires « doivent également être réduites au silence » et « chaque acte du gouvernement doit devenir sacro-saint et exempt de toute critique ».

Cela n’a jamais été aussi évident que dans les réponses du gouvernement à la « pandémie » de 2020, suivie de la campagne de Biden et de sa collusion avec « les Big Tech » pour censurer même le président des États-Unis, ainsi que des preuves massives de la criminalité et de la corruption colossales du syndicat du crime de la famille Biden. Il s’agit sans doute de la plus grande attaque gouvernementale contre le premier amendement, apparemment organisée par le FBI et la CIA, depuis qu’il a été essentiellement supprimé par la « loi sur la sédition » de l’administration John Adams.

Le monde universitaire doit également être complètement corrompu, selon Hayek, car « la recherche désintéressée de la vérité ne peut être autorisée dans un système totalitaire. » À cet égard, les universités américaines sont allées presque jusqu’au bout de la route de la servitude. Beaucoup sont tombées complètement de la falaise.


C’est particulièrement vrai, dit Hayek, des disciplines de l’histoire, du droit et de l’économie. Elles doivent être compromises de manière à soutenir l’État plutôt que de le critiquer, même légèrement. La profession d’historien américain est presque entièrement dominée par les marxistes, par exemple, et l’économie est en proie aux planificateurs centraux keynésiens et aux « théoriciens de l’échec du marché » depuis des décennies.

Comme l’a fait remarquer Doug Casey :

La plupart des économistes d’aujourd’hui « sont des apologistes politiques qui se font passer pour des économistes ». Ils « prescrivent la façon dont ils aimeraient que le monde fonctionne et adaptent les théories pour aider les politiciens à démontrer la vertu et la nécessité de leur quête d’un pouvoir accru ». Le domaine de l’économie, dit Casey, « a été transformé en serviteur du gouvernement afin de donner une justification scientifique aux choses que le gouvernement… veut faire ».

Hayek écrit :

Dans les sociétés totalitaires, la vérité n’est pas quelque chose que l’on découvre par l’apprentissage, l’éducation, l’autoformation, la recherche, le débat et la discussion. Il s’agit plutôt de « quelque chose qui doit être établi par l’autorité… ».

Dans le monde d’aujourd’hui, par exemple, l’hystérie du réchauffement climatique est une « science établie », la phrase la moins scientifique jamais prononcée. Un vrai scientifique remet toujours en question le statu quo, sans nécessairement le rejeter, mais en gardant l’esprit ouvert pour que de nouvelles recherches puissent modifier sa pensée. Rien n’est jamais « réglé ». Le fait qu’un politicien glissant comme Al Gore soit considéré comme un expert de la philosophie des sciences – et de la science atmosphérique par-dessus le marché – est l’une des merveilles du monde. (N’oubliez pas que l’idée que la terre était plate a été déclarée « science établie » par les Al Gore de l’époque).

La science médicale n’est pas la science, nous a-t-on dit ; Anthony Fauci est la science médicale.

Ou plutôt, l’ »autorité » d’Anthony Fauci, un bureaucrate du gouvernement grotesquement surpayé, est la science. Encore une fois, rien n’est plus antiscientifique que ces déclarations ridicules, arrogantes et tyranniques d’Anthony Fauci et de ses acolytes politiques.

« L’intolérance, elle aussi, est ouvertement louée » dans les sociétés totalitaires, a déclaré Hayek, anticipant de plusieurs décennies le héros de la « Nouvelle Gauche » des années 1960, l’intellectuel totalitaire Herbert Marcuse, auteur d’un article largement célébré sur la « tolérance répressive », l’idée que seules « les classes opprimées » méritent la liberté d’expression.


Dans le monde de la « Nouvelle Gauche » des années 60, dont les étudiants et les descendants politiques contrôlent aujourd’hui la quasi-totalité des universités, la télévision, les médias en général, une grande partie du gouvernement, les entreprises « woke » et d’autres institutions, la « classe des oppresseurs » se compose essentiellement de tous les hommes blancs hétérosexuels, en particulier ceux d’origine européenne. Tous les autres sont opprimés par eux, selon la théorie. On dit que le plus pauvre, le plus bas, le redneck blanc « opprime » les millionnaires et milliardaires noirs. Remettez en question cette théorie dans notre société de post-persuasion et vous serez étiqueté comme raciste, suprématiste blanc et probablement même nazi.

Hayek a fondé ces idées sur ses années d’étude de l’histoire mondiale et des régimes totalitaires du début du vingtième siècle.

Le « wokisme » n’est pas apparu soudainement et n’a pas envahi la quasi-totalité du monde occidental. Elle n’est que la dernière manifestation d’un totalitarisme qui défile dans les institutions depuis plusieurs générations.

Il y a toujours des totalitaires parmi nous, titre du chapitre 13 de La Route du servage, et les totalitaires d’aujourd’hui considèrent qu’ils se tiennent sur les épaules de tous ceux qui les ont précédés, aussi peu recommandables qu’ils aient pu être. C’est pourquoi de nombreux membres de la gauche ont célébré l’effondrement mondial du socialisme à la fin des années 1980 et au début des années 1990.

« Nous n’avons plus à être associés à des monstres comme Staline, Mao, Nicolae Ceaucescu et d’autres communistes meurtriers du vingtième siècle », ont-ils déclaré.

Et comme tous les autres totalitaires qui les ont précédés, ils comprennent parfaitement que la liberté d’expression est pour eux ce que la lumière du soleil ou une croix chrétienne est pour Dracula. C’est pourquoi ils s’acharnent aujourd’hui à détruire Elon Musk, un homme qui tente d’ajouter un tout petit peu de liberté d’expression au politiquement correct étatiste et étouffant de la société américaine. Le traitement qu’ils réservent à Musk finira par faire passer leur traitement de Donald Trump pour une fête de l’amour en comparaison.

La haine qu’ils vouent à Trump, soit dit en passant, provient de la même source que celle qu’ils vouent à Elon Musk : Comme Musk, Trump a dénoncé et rendu public un grand nombre de mensonges et de menteurs officiels de l’establishment de Washington, en particulier ceux du secteur des « fake news ».

La gauche considère le combat pour la liberté d’expression comme une lutte politique à mort, et elle a raison. Si quelque chose mérite d’être étranglé dans son berceau, c’est bien l’assaut actuel de la gauche contre le premier amendement.

LewRockwell.com



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .



Tirage gratuit des Tarots

Articles similaires

Un commentaire

  1. ah ! encore et tjrs les mm délire idéologiques d sectaires d’extrême-droite… pfffff

    on se croirait ds 1 version inversée d débats politique o moment de l’élection française de 2002…

    le totalitarisme n’a rien a vr avc la gauche (ni avc la droite d’ailleurs) !

    sa a vr avc le controle…

    le vrai clivage, sur cette kestion la, se situe entre les conformistes d’1 côté et les divisants de lotre.

    ske les élites réprime, ce st les divisant a leur gestion.
    par contre, les conformistes st conforté par c mm élites.

    et ds le contexte actuelle, les élites occidentales (et mm mondiale) st globalement dextrême droite et nn de goche.

    pk croyé vs kelle soutienne le présent régime ukrainien alrs kil est de notoriété publik kil est nazi ?

    depuis kan le nazisme est il 1 idéologie de goche ?
    biento, vs zalé ns raconté ke hitler était de goche osi ?
    soyons sérieux, voyons !

    de la mm manière, les administrés st, eu osi, globalement d’extrême droite.

    c pr sa ke kkn comme trump a du succès ds la demi-génération  » Me Too  » (1998-2027) : parce qu’il est d’extrême-droite…

    ms si les autres membres de l’élite le critik, c juste parce que c 1 divisant et nn 1 conformiste.

    idem pr musk ki n’est pas 1 libertaire – la censure sur twitter par musk des cagoules noires ou black blocks (antifas d’extrême-goche) ki, eux, st de véritables libertaires est, en soi, révélatrice… – contrairement a skil raconte & skon colporte sur lui ms, par contre, c tégalement 1 divisant.

    sans conté ke je ne crois pa ke musk soi d’extrême droite ms puto de droite modéré vu, aparamen, son gou pr le fric : ya ka vr c consignes de travail (arbeit! arbeit! arbeit!) o salarié après le rachat de twitter…

    lorientation politique des 1 & d autres ne conte pa pr les élites : tt skelle veule c le controle et sa c lessence du totalitarisme !

    en +, vs vs faites bien des illusion si vs vs imaginez que la goche va disparaître…
    pa + ke la droite d’ailleurs car elle font tte 2 parti de l’être humain et st complémentaires…
    a sertain moment de l’histoire, la goche domine. a dotre, c la droite.
    de mm, pfs le modérationnisme l’emporte, pfs c l’extrêmisme…

    c comme révé ke les hommes unikment disparaisse ou bien juste les femmes : sa narrivera pa…

    ski distingue fondamentalement la goche et la droite, c ceci : la droite, c légoïsme et la raison et la goche, c laltruisme et le keur…

    et les extrêmistes tendent généralement a la division alrs ke les modérationnistes ont tendance a saligné dc si vs tenez tant que ça a mettre de la politique la dedans, c puto ds sette direction la kil fodrè regardé…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :