Civilisations Disparues

Un paysage caché que nous ne pouvons plus voir pourrait expliquer le mystère des pyramides

Un plan d'eau aujourd'hui disparu abreuvait le site de Gizeh.

En voyant les célèbres pyramides de Gizeh telles qu’elles se présentent aujourd’hui – des forteresses immobiles et impénétrables entourées de sables balayés par les vents et d’une métropole tentaculaire – il est difficile d’imaginer le jour de leur construction.

Ces labyrinthes de pierre, construits pour honorer les morts et les transporter dans l’au-delà, ont été érigés il y a environ 4 500 ans sans technologie moderne et avec une précision stupéfiante.

Mais les Égyptiens avaient besoin de bien plus que de quelques rampes primitives pour mettre en place les blocs de pierre extrêmement lourds.

Une nouvelle étude suggère que des conditions environnementales favorables ont permis la construction des pyramides de Gizeh, un ancien bras du Nil servant de conduit navigable pour le transport des marchandises.


« Pour édifier les pyramides, les tombes et les temples du plateau, il semble maintenant que les anciens ingénieurs égyptiens aient tiré parti du Nil et de ses crues annuelles, en utilisant un ingénieux système de canaux et de bassins qui ont formé un complexe portuaire au pied du plateau de Gizeh », écrivent dans leur article le géographe physique Hader Sheisha, de l’université d’Aix-Marseille en France, et ses collègues.

« Cependant, il y a une pénurie de preuves environnementales concernant le moment, le lieu et la manière dont ces anciens paysages ont évolué. »

Les archéologues pensent depuis un certain temps que les bâtisseurs de pyramides égyptiennes auraient pu draguer les voies d’eau du Nil pour former des canaux et des ports, exploitant les inondations annuelles qui agiraient comme un ascenseur hydraulique pour transporter les matériaux de construction.

Le complexe portuaire qui, selon les archéologues, desservait les pyramides de Khéops, Khéphren et Mykérinos se trouve actuellement à plus de 7 kilomètres à l’ouest du Nil actuel. Les bras de mer devaient également être suffisamment profonds pour maintenir à flot les barges chargées de pierres.

Les carottages effectués lors des travaux d’ingénierie urbaine autour de l’actuelle Gizeh ont fourni des preuves stratigraphiques de couches rocheuses qui correspondent à un ancien bras du Nil s’étendant vers la base des pyramides.

Mais des questions subsistent quant à la manière dont les Égyptiens ont aménagé l’accès de l’eau aux pyramides de Gizeh. À l’époque de leur construction, le nord de l’Égypte était en proie à des changements climatiques extrêmes, des crues soudaines ayant ravagé à plusieurs reprises la cité perdue des pyramides, Heit el-Ghurab, qui abritait des travailleurs saisonniers.

Dans cette étude, les chercheurs se sont tournés vers les grains de pollen fossilisés pour brosser un tableau plus détaillé du système fluvial tel qu’il fonctionnait il y a des millénaires. Les grains de pollen peuvent être préservés dans les sédiments anciens et ont, dans d’autres études, été utilisés pour reconstituer les climats passés et les paysages végétalisés qui semblent très différents aujourd’hui.

En extrayant les grains de pollen de cinq carottes forées dans l’actuelle plaine inondable de Gizeh, à l’est du complexe pyramidal, l’équipe a identifié une abondance de plantes à fleurs ressemblant à des graminées, qui bordent les rives du Nil, et de plantes marécageuses qui poussent dans les environnements de bord de lac.

Selon les chercheurs, cela révèle la présence d’un plan d’eau permanent qui a traversé la plaine inondable de Gizeh et s’est gonflé il y a des milliers d’années.

À partir de là, ils ont retracé la montée et la descente des niveaux d’eau dans la branche Khéops du Nil sur 8 000 ans d’histoire dynastique égyptienne, en mettant leurs résultats en relation avec d’autres archives historiques.

« Notre reconstruction des niveaux du bras de Khéops sur 8 000 ans améliore la compréhension des paysages fluviaux à l’époque de la construction du complexe des pyramides de Gizeh », écrivent Sheisha et ses collègues.

« La branche de Khufu est restée à un niveau d’eau élevé… pendant les règnes de Khufu, Khafre et Menkaure, facilitant le transport des matériaux de construction vers le complexe de pyramides de Gizeh. »

Emplacement des carottes (points rouges) sur la plaine d’inondation de Gizeh. (Sheisha et al., PNAS, 2022)

Mais après le règne du roi Toutânkhamon, qui a pris le pouvoir vers 1349 à 1338 avant notre ère, la branche Khéops du Nil a progressivement décliné jusqu’à atteindre, vers la fin de la période dynastique, ses niveaux les plus bas documentés au cours des 8 000 dernières années.

Cette chute est en corrélation avec les marqueurs chimiques présents dans les dents et les os des momies égyptiennes, qui suggèrent également un environnement aride, ainsi qu’avec d’autres documents historiques.

Toutefois, comme dans toutes les études archéologiques, les fourchettes de dates chronologiques – des règnes des pharaons et des changements environnementaux – peuvent varier considérablement, de sorte que nous devons prendre ces résultats avec un grain de sel.


Mais en reliant les données environnementales et historiques, l’étude fournit des preuves beaucoup plus directes que lorsque les archéologues cherchaient des fractales manquantes – des motifs exquis qui se répètent souvent dans la nature – pour déduire que les anciens Égyptiens auraient creusé des canaux de rivière lors de la construction des pyramides de Dahchour, plus au sud de Gizeh.

« Il est difficile de croire à l’empreinte gigantesque laissée par les Égyptiens », avait alors déclaré Arne Ramisch, géologue de l’université d’Innsbruck, au New Scientist.

Les chercheurs à l’origine de cette dernière étude suggèrent que des approches similaires pourraient être utilisées pour reconstituer les anciens paysages aquatiques qui baignaient d’autres complexes pyramidaux égyptiens, notamment la nécropole de Dahchour, lorsque ces édifices monumentaux ont été construits.

Cette recherche a été publiée dans PNAS.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche



Si vous aimez ce site, ajoutez-le à vos favoris et ... Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés. .

Laisser un commentaire